Publicité

Hugo Clément prend la défense d’un chien sans muselière dans un train, mais quelles sont les règles ?

ANIMAUX DE COMPAGNIE - Nos animaux de compagnie suscitent toujours les réactions les plus fortes. Dimanche 25 février, le journaliste Hugo Clément a pris la défense d’un homme qui a laissé son labrador sans muselière dans le TGV, dénoncé par un tweet de l’ex-députée (PS) Anne-Yvonne Le Dain, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

Depuis tout le monde sur les réseaux sociaux a donné son avis sur la question. Les uns en faveur du labrador ronflant du sommeil du juste, les autres pour l’élue indisposée. Mais la règle à suivre pour ne pas récolter une amende, est-ce que vous la connaissez vraiment ?

1 - La taille, ça compte

Pour les chiens dans un TGV, tout dépend de la taille, comme le rappelle la SNCF. Les petits chiens, qui peuvent tenir dans un panier fermé ou sac adapté, doivent voyager sur les genoux de leur maître. Mais s’ils sont plus gros (c’est-à-dire qu’ils pèsent plus de 6 kg), ils doivent être aux pieds de leur maître, attachés et muselés.

C’est la même chose dans le RER et le métro à Paris : les petits chiens doivent voyager sur les genoux et sans muselière. Les gros chiens, en laisse et avec muselière. Dans les autres grandes villes françaises, en revanche, les usages diffèrent dans les transports en commun : à Bordeaux, les grands chiens sont admis, mais pas à Nantes, Toulouse ou encore Bordeaux.

2 - Chien d’assistance

Il y a une grosse exception, quel que soit le moyen de transport, c’est le chien d’assistance : pour les personnes malvoyantes, sourdes, atteintes d’un handicap moteur, épileptiques, mais aussi les personnes âgées, il est parfois nécessaire d’être accompagné par ces chiens spécialement formés. Eux n’ont pas besoin de muselière dans les trains, quel que soit leur poids.

3 - Accord tacite

Attention, parce que même avec une muselière, si les autres voyageurs sont indisposés par votre ami à quatre pattes, c’est vous qui devez réagir : soit en allant dans un autre wagon, soit en restant dans les parties qui se trouvent entre deux wagons. C’est ce que la SNCF nomme l’accord tacite dans ses règles de voyages : « Les chiens, chats et autres animaux domestiques (hamsters, cochons d’inde, etc.) sont admis à condition d’avoir l’accord des autres voyageurs ».

Rappelons enfin que ces règles ne valent pas, bien sûr, pour les trains à l’étranger. Là, il faudra consulter attentivement les règles locales, et comme toujours, faire attention au fait que vos voisins ne portent pas nécessairement le même amour à votre animal que vous.

À voir également sur Le HuffPost :

Ces poissons changent de couleur pour chasser et c’est fascinant

Ce koala a de quoi vous briser le cœur