Hospitalisé à cause d'une piqûre d'insecte, il découvre qu'il souffre d'une tumeur cérébrale

Aujourd'hui, le patient souffre d'effets secondaires liés au fait d'avoir enlevé la masse de son cerveau (Getty Images/Image Source) (Getty Images/Image Source)

Pendant deux ans, les médecins ont surveillé la masse qu'il avait dans la tête. Ils ont découvert qu'il s'agissait d'une tumeur cérébrale au stade terminal.

Il pensait qu'un insecte était la cause de ses problèmes. À 49 ans, Dave Whitford a ressenti des vertiges et a été victime de vomissements alors qu'il se trouvait dans son jardin. Transporté d'urgence à l'hôpital, les médecins ont diagnostiqué une infection de l'oreille causée par une piqûre d'insecte.

Mais la réalité était bien plus grave. Malgré le traitement, il éprouvait toujours des difficultés pour rester en équilibre. Les médecins ont réalisé un scanner de sa tête qui a révélé la présence d'une excroissance sur son cerveau. Pendant deux ans, cette masse a été surveillée, comme le raconte The Independent. Elle a été enlevée quand elle a commencé à grossir. C'est alors qu'ils ont découvert qu'il s'agissait en réalité d'une tumeur cérébrale. Les médecins ont alors annoncé au cinquantenaire qu'elle était incurable et qu'il lui restait environ dix-huit mois à vivre.

Des effets secondaires

"Quand ils l'ont retirée, il leur a fallu un mois pour découvrir à quel point c'était grave. Ils pensaient qu'il s'agissait peut-être d'une tumeur de grade 2 au départ, mais elle a été examinée et est revenue en grade 4, ce qui est le pire. Il me reste 12 à 18 mois à vivre mais je pourrais vivre plus longtemps, je ne sais pas. Quand j'ai su, j'ai juste pleuré. J'étais juste dévasté", a confié le père de famille. La masse a été enlevée et il a suivi une chimiothérapie et une radiothérapie.

Aujourd'hui, il souffre d'effets secondaires liés au fait d'avoir enlevé la masse, comme des pertes de mémoire à court terme et une importante fatigue. "Je n'ai pas d'énergie et j'ai très facilement froid, je dois donc avoir des draps spéciaux pour me réchauffer. Ils ont opéré du côté gauche, donc j'ai des bourdonnements dans l'oreille, ce qui est assez ennuyeux, surtout quand j'essaie de m'endormir. Cela affecte les gens différemment et cela affecte ma mémoire à court terme, donc j'oublie beaucoup de choses."

Ne sachant pas s'il serait toujours en vie au moment de souffler sa cinquantième bougie, il a déjà organisé une fête avec ses proches.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "On ne guérit jamais d’un cancer, on vit avec"