Publicité

Homme tué à Nîmes: trois hommes mis en examen pour assassinat et placés en détention provisoire

Trois hommes soupçonnés d'avoir abattu un homme ce mardi 20 février à Nîmes, en présence de son fils de huit ans, ont été mis en examen pour "assassinat en bande organisée" et "tentative d'assassinat en bande organisée sur mineur", a indiqué dimanche 25 février le parquet de Marseille.

Âgés de 25, 21 et 19 ans, les trois hommes ont été placés en détention provisoire, a précisé à l'AFP le procureur de la République de Marseille, Nicolas Bessone, confirmant une information du quotidien régional La Provence.

Ils ont également été mis en examen des chefs de "recel en bande organisée de vol, destruction en bande organisée par moyen dangereux, détention en réunion d'arme de catégorie A (fusil d'assaut kalachnikov)" et d'armes d'autres catégorie, "association de malfaiteurs en vue de commettre des crimes" et "association de malfaiteurs en vue de commettre des délits punis de 10 ans", a détaillé le procureur de Marseille.

Deux des trois jeunes sont connus pour de multiples faits de délinquance, mais pas pour des faits d’homicide ou de tentative d'homicide, selon les informations de BFMTV.

Interpellés quelques heures après les faits

Selon nos informations, le meurtre s'est déroulé près d'un point de deal du quartier du Chemin Bas d'Avignon à Nîmes, alors que le fils de huit ans de la victime se trouvait dans le véhicule visé par les tirs. L'enfant n'a pas été touché ni blessé par les balles.

Les trois suspects ont été interpellés dans le 14e arrondissement de Marseille, seulement quelques heures après, par un équipage d'une compagnie départementale d'intervention qui se trouvait en surveillance dans le secteur et qui a été attiré par le comportement du groupe, toujours selon nos informations. Un quatrième suspect est toujours en fuite.

Le lien entre les suspects et les faits a ensuite été fait notamment grâce à des éléments de vidéosurveillance de la commune du Rodilhan, limitrophe de Nîmes, où le suspects, au volant d’une Peugeot 208, ont mis le feu à leur véhicule avant d’être filmés en train d’être récupérés par le conducteur d'une autre voiture.

Un quartier gangréné par les trafics de stupéfiants

Le quartier du Chemin Bas d'Avignon à Nîmes est un de ces secteurs de la préfecture du Gard gangrénés par la pauvreté et les trafics de stupéfiants, comme ceux du Mas de Mingue ou de Pissevin, là où Fayed, un garçonnet de 10 ans, totalement étranger au trafic de drogue, avait perdu la vie le 21 août, victime d'une balle perdue lors d'une fusillade, là aussi près d'un point de deal.

La violence due aux trafics de stupéfiants est en forte croissance depuis quelques années à Nîmes, où trois personnes ont été tuées par balles près de points de deal en 2023: un homme de 39 ans en janvier, le petit Fayed en août, puis un adolescent de 18 ans quarante huit heures plus tard.

Article original publié sur BFMTV.com