Publicité

Un homme jugé pour la mort d'un octogénaire d'une crise cardiaque après une altercation dans une file d'attente

L'accusé de 43 ans est jugé devant la cour d'assises des Hauts-de-Seine au tribunal judiciaire de Nanterre. (Image d'illustration) - Alain Jocard
L'accusé de 43 ans est jugé devant la cour d'assises des Hauts-de-Seine au tribunal judiciaire de Nanterre. (Image d'illustration) - Alain Jocard

Un homme de 43 ans comparaît jeudi et vendredi devant la cour d'assises des Hauts-de-Seine à Nanterre après la mort d'un octogénaire en 2020 avec lequel il avait eu une altercation dans une file d'attente d'un supermarché, indique Le Parisien.

Le 10 août 2020, Mehdi K. se rend au supermarché Franprix avenue Pierre-Grenier à Boulogne-Billancourt pour y faire quelques courses. En pleine épidémie de Covid-19, le client respecte les mesures de distanciation mises en place au niveau des caisses. Selon son récit, un autre client, un vieux monsieur, patiente d'abord dans les rayons avant de s'insérer dans la file, lui passant devant.

Une altercation dans la file d'attente

L'homme, âgé de 85 ans, est un habitué de ce supermarché. Souffrant d'arthrose, il se déplace avec une canne. Colérique, selon ses propres termes, Mehdi K. ne compte pas laisser faire le vieil homme quand celui-ci s'approche des caisses. Le jeune client lui fait remarquer que son attitude est irrespectueuse. Un échange de mots se fait entre les deux hommes.

Quand l'octogénaire s'approche de la caissière, Mehdi K. lui appuie sur l'épaule, le faisant chuter. Malgré ce geste, la tête de l'octogénaire ne heurte pas le sol. Mais quelques minutes plus tard, alors que le quadragénaire a payé ses courses à une autre caisse, l'octogénaire fait un malaise cardiaque.

Mehdi K., lui, ne s'est rendu compte de rien, il est rattrapé par d'autres clients. C'est lui qui appellera les pompiers. Malgré l'intervention des secours, l'octogénaire succombe à cet arrêt cardio-ventilatoire.

Atteint d'une pathologie cardiaque

Le quadragénaire, connu de la justice pour quelques délits et qui avait été placé sous contrôle judiciaire le temps de l'enquête, est aujourd'hui jugé pour "violence sur personne vulnérable ayant entraîné la mort sans intention de la donner". Les débats devraient se concentrer sur les expertises médicales et le lien de causalité entre le geste de l'accusé ayant entraîné un important stress chez la victime et le malaise cardiaque.

Le geste de Mehdi K. , qui encourt 20 ans de réclusion criminelle, est-il la seule cause dans la mort du vieil homme? En effet, l'autopsie avait révélé une pathologie cardiaque qui n'avait jusqu'alors pas été diagnostiquée chez l'octogénaire.

Article original publié sur BFMTV.com