Hommage à Samuel Paty : un groupe d'individus encagoulés attaquent les profs d'un lycée à Nantes

·3 min de lecture
Un panneau lors de l'hommage à Samuel Paty à Nantes, le 18 octobre (Photo by Estelle Ruiz/NurPhoto)
Un panneau lors de l'hommage à Samuel Paty à Nantes, le 18 octobre (Photo by Estelle Ruiz/NurPhoto)

C’est une scène particulièrement violente qui a eu lieu à Nantes, alors que cette journée de rentrée est consacrée à la mémoire de Samuel Paty. Une trentaine de personnes a bloqué l’accès à un lycée et attaqué les enseignants. Un individu a été interpellé.

Ce lundi 2 novembre est un jour de rentrée très particulier. Un hommage était en effet rendu dans toutes les écoles de France à Samuel Paty, ce professeur décapité par un terroriste lors de l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine, le 16 octobre dernier. Minutes de silence, lectures de textes, réflexions sur la liberté d’expression et la citoyenneté au sens large : il fallait que ce jour s’imprime dans la mémoire collective, pour que la mort de l’enseignant ne reste pas vaine. Après l’hommage national rendu à la Sorbonne le 21 octobre, la France était de nouveau au rendez-vous pour saluer Monsieur Paty.

Cagoules, barrières et projectiles

Mais au lycée Gaspard Monge La Chauvinière, au nord de Nantes, la journée a pris une allure bien différente. Selon France Bleu, vers 9h45, une trentaine de personnes aux visages masqués se sont attroupés devant le lycée. Ils ont d’abord lancé divers projectiles sur le corps enseignant, puis ils ont tenté de barrer l’accès au lycée et de couper la circulation de la rue de la Fantaisie. Heureusement, aucun professeur n’a été blessé, et la police est rapidement arrivée sur les lieux.

Trop tard, cependant, pour réussir à interpeller plus d’une personne impliquée dans le rassemblement violent. C’est un jeune homme de 18 ans, déjà connu des services de police. Il a été aussitôt placé en garde à vue, puis mis en examen pour "participation à un attroupement violent et recel de vol". Une enquête a été ouverte après que deux bouteilles d'acide et un sachet contenant un liquide inflammable ont été découverts à proximité du lieu de l’attaque.

Un avant-goût de blocages ?

Le rectorat de l'académie de Nantes s’est ému d’un “événement majeur et exceptionnellement grave qui n'est pas anodin", précisant qu'il pourrait avoir un lien avec un appel au blocage des lycées, ce mardi 3 novembre, qui tourne actuellement sur les réseaux sociaux. Le député LREM de Loire-Atlantique François et ancien ministre, François de Rugy, a de son côté réagi à chaud : “Je condamne fermement l’attaque contre le lycée de la Chauviniere à Nantes au moment du temps de recueillement en hommage à Samuel Paty : c’est très grave et lourd de sens. Tous les acteurs politiques et éducatifs nantais doivent agir ensemble pour combattre ces comportements.”