Publicité

Haute-Garonne: un ancien maire placé en détention pour corruption

L'ancien maire d'une commune rurale proche de Toulouse, mis en examen pour corruption et notamment soupçonné de s'être fait offrir de luxueux voyages en échange de son influence, a été placé en détention, a-t-on appris vendredi 2 février auprès de son avocat.

Maire (DVD) de Saint-Jory (Haute-Garonne), commune de 7.000 habitants à une vingtaine de kilomètres de Toulouse, Thierry Fourcassier a été mis en examen pour corruption passive, blanchiment et prise illégale d'intérêt, a par ailleurs indiqué Me Eric Mouton, avocat de l'ancien élu qui "à ce stade ne souhaite pas (s)'exprimer" sur le dossier.

"De très nombreux voyages touristiques"

Selon le parquet de Toulouse, des "investigations ont pu confirmer que l'ancien maire et son entourage ont perçu des sommes sur leurs comptes bancaires en provenance d'apporteurs d'affaires immobilières agissant pour des promoteurs, pour des motifs restant à éclaircir".

"Par ailleurs, poursuit le parquet, le mis en cause et sa famille auraient effectué de très nombreux voyages touristiques familiaux entre 2017 et 2023 pour un montant supérieur à un million d'euros, soit en moyenne 175.000 euros par an".

Environ la moitié de cette somme a été "payée directement par des apporteurs d'affaires" et l'autre par le mis en cause après qu'il eut reçu des versements de ces mêmes intermédiaires, a complété le parquet.

Démission en septembre dernier

Thierry Fourcassier avait annoncé en septembre dernier démissionner du conseil municipal de sa ville "pour préserver (sa) famille et les élus", mettant en cause "le lynchage médiatique de l'opposition".

À l'époque, il venait juste d'être mis en examen une première fois, pour "corruption passive, trafic d'influence passif, publicité commerciale pour propagande électorale, obtention de suffrages à l'aide de dons ou promesses".

Selon les enquêteurs, des promoteurs immobiliers avaient été contraints de signer des chèques au nom d'associations de la ville et la mairie leur imposait une tarification très élevée pour la diffusion de publicités dans la gazette municipale.

Article original publié sur BFMTV.com