Hausse du prix des carburants : le plan des Gilets Jaunes pour la "saison 2" du mouvement

·5 min de lecture
Mobilisation à un rond-point de Douchy-les-Mines, en novembre 2018, pour protester contre les prix des carburants. (Photo de FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

La hausse des prix des carburants réveille certains leaders du mouvement des gilets jaunes qui appellent à relancer le mouvement, né il y a bientôt 3 ans.

1,63 euro le prix du litre de SP95 et 1,54 euro celui du gazole. Le prix des carburants est aujourd'hui plus élevé que lors du début du mouvement des gilets jaunes, mi-novembre 2018, lorsqu'il atteignait 1,47 euro pour le gazole et 1,46 euro pour le SP 95.

À LIRE AUSSI >> 5 astuces pour payer votre essence moins chère

Le mouvement né à la faveur d'une pétition pour protester contre la hausse du prix des carburants, pourrait bien renaître de ses cendres, près de 3 ans plus tard. C'est en tout cas le souhait de certains, qui s'activent pour relancer la mobilisation.

"On va sortir dans la rue"

Premier d'entre eux, devenu une tête d'affiche de la mobilisation anti-pass sanitaire, Olivier Rohaut, alias Oliv Oliv. Gilet jaune du sud-est de la France, il a multiplié les opérations pour dénoncer la gestion de la crise sanitaire, au point de devenir chroniqueur régulier sur Touche pas à mon Poste.

À LIRE AUSSI >> Qui est Oliv Oliv, le militant des "Flingueurs du PAF" dans Touche pas à mon poste ?

Lors d'un de ses nombreux passages sur le plateau de TPMP, il a lancé un appel à la manifestation "On va sortir dans la rue (...) Un mouvement social bien plus grand que les Gilets Jaunes (...) Sortez de chez vous !", a notamment lancé Oliv Oliv face au ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, au sujet du prix des carburants.

Des propos qu'il répète à plusieurs reprises dans des vidéos postés sur sa page Facebook, sur laquelle il s'affiche notamment aux côtés de Christophe Chalençon, Gilet Jaune du Vaucluse, qui s'était notamment distingué en affirmant en 2019 que "des paramilitaires" étaient "prêts à intervenir" pour "faire tomber le pouvoir" en France.

Le retour des têtes d'affiche du mouvement des gilets jaunes

Au-delà d'Oliv Oliv, les leaders d'origine du mouvement des gilets jaunes tentent de raviver la flamme du mouvement, alors que les prix des carburants s'envolent avec ceux du gaz et de l'électricité. Jacline Mouraud, qui s’est fait connaître en octobre 2018 dans une vidéo devenue virale où elle interpellait Emmanuel Macron sur l’augmentation des taxes, était invitée sur RMC le 13 octobre, où elle a déclaré : "Le gouvernement ne se rend pas compte que les gens n'ont plus d'argent. Vous croyez qu'ils peuvent encore mettre du carburant dans leur voiture ?", soulignant qu'en trois ans, rien n'avait changé.

Maxime Nicolle et Jérôme Rodrigues ont fait un live sur Facebook, moyen de communication privilégié des Gilets Jaunes, pour évoquer la question des prix du carburant.

"J'en appelle à tous les Gilets Jaunes historiques, qui sont descendus dans la rue le 17 novembre (2018), nous allons fêter les 3 ans dans un mois. Le 17, faites des opérations escargots. Mettez un gilet jaune sur votre pare brise. Montrez votre mécontentement et ressortez dans la rue le 20 novembre", a notamment lancé Jérôme Rodrigues, qui espère raviver le mouvement alors que les prix de l'énergie et du carburant flambent.

Une reprise des ronds-points le 16 octobre ?

Si la date symbolique du 17 novembre, pour les trois ans du mouvement, est relayée par certains leaders du mouvement des Gilets Jaunes, la reprise du mouvement pourrait avoir lieu bien plus tôt. La date du samedi 16 octobre est largement évoquée sur les réseaux sociaux.

Comme au début du mouvement des Gilets Jaunes, des évènements Facebook se créent pour la "reprise des ronds-points" de plusieurs villes aux quatre coins de la France : dans le département du Nord, mais aussi en Alsace, en Isère, en Normandie ou encore en région parisienne. Une mobilisation concentrée via les réseaux sociaux essentiellement via un groupe Facebook baptisé "Routier, agriculteurs, Forains et citoyens 'Blocage général'" qui compte plus de 7 600 membres en deux semaines. Sur Twitter, les comptes militants ont porté le mot-dièse "Gilets jaunes saison 2" en tendance ce jeudi 14 octobre.

Des agriculteurs déversent du fumier pour protester contre les prix du gazole

Des actions pour protester contre la hausse des prix du carburant ont d'ailleurs déjà eu lieu. Dans la Creuse. Le 13 octobre, des agriculteurs locaux ont déversé du fumier devant plusieurs lieux symboliques pour demander la détaxation du gazole non routier (GNR).

Une grogne qui pourrait vite trouver une réponse de la part du gouvernement. Emmanuel Macron a annoncé qu'il y aura "une action de court terme, d’accompagnement des ménages. Le gouvernement y travaille et aura dans les prochains jours à compléter sa réponse en fonction de l’évolution pour ne laisser personne dans le désarroi".

VIDÉO - France : les distributeurs d'énergies incités à réduire leur marge face à la hausse des prix

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles