Harkis : Emmanuel Macron « demande pardon » au nom de la France

·1 min de lecture
« L'histoire des harkis, c'est une histoire de Français et c'est l'histoire des Français. C'est dans cet état d'esprit qu'il faut aborder ce nouveau chapitre », selon la présidence.
« L'histoire des harkis, c'est une histoire de Français et c'est l'histoire des Français. C'est dans cet état d'esprit qu'il faut aborder ce nouveau chapitre », selon la présidence.

Tous les 25 septembre, depuis 2003, est célébrée la Journée nationale d?hommage aux harkis, ces anciens combattants algériens recrutés comme auxiliaires de l?armée française lors de la guerre d?Algérie. Mais ce lundi 20 septembre, à sept mois de l?élection présidentielle, Emmanuel Macron a décidé de prendre quelque peu les devants en présidant une réception leur rendant hommage, et dont l?objectif est de « franchir un nouveau pas » vers la reconnaissance de la responsabilité de l?État dans les souffrances de ces anciens combattants. « Aux combattants, je veux dire notre reconnaissance ; nous n?oublierons pas. Je demande pardon, nous n?oublierons pas », a déclaré le président de la République, lors de cette réception à la mémoire des harkis. La France « a manqué à ses devoirs envers les harkis, leurs femmes, leurs enfants », a aussi jugé le chef de l?État.

En début de matinée lundi, L?Opinion rapportait que le président de la République annoncerait, lors de cette cérémonie, la création d?un fonds de réparation, doté de 300 millions d?euros, ainsi qu?un projet de loi dans lequel la nation reconnaît les préjudices subis par ces individus, pour partie rapatriés d?Algérie avec leurs familles à la fin de la guerre. Le gouvernement « portera avant la fin de l?année un projet visant à inscrire dans le marbre de nos lois la reconnaissance et la réparation à l?égard des harkis », a ainsi confirmé le président lors de cette cérémonie d?hommage.

Vous portez dans votre c [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles