Publicité

Hamas, Pays-Bas, Chili : les informations de la nuit

Le Hamas a soumis sa réponse au projet de trêve proposé par le Qatar le mois dernier. Celui-ci “semble maintenir sa demande d’un cessez-le-feu permanent”, ce qui constituerait selon The Times of Israel une fin de non-recevoir pour l’État hébreu “qui s’est engagé à détruire le groupe terroriste”. Le journal israélien, s’il n’a pas pu consulter les termes de l’accord, croit savoir qu’il prévoit une trêve de six semaines et l’échange des 136 otages israéliens contre quelques centaines de prisonniers palestiniens, ainsi qu’une plus grande aide humanitaire à Gaza. Le Premier ministre du Qatar, Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani, s’est toutefois dit “optimiste” après avoir reçu la “réponse positive” du Hamas. Le président américain, Joe Biden, a déclaré de son côté que la réponse du mouvement palestinien était “un peu exagérée”, tout en notant que des négociations étaient en cours. C’est d’ailleurs dans ce but que son secrétaire d’État, Antony Blinken, est arrivé mardi soir en Israël, où le Mossad est “en train d’examiner attentivement” la proposition. The Times of Israel note que la signature d’un tel accord est un “risque” pour Benyamin Nétanyahou, dont certains membres de la coalition les plus à droite, “ont exprimé leur opposition à la libération d’un grand nombre de terroristes palestiniens, alors même que la pression des familles des otages et d’une grande partie de l’opinion publique augmente”.

Aux Pays-Bas, Wilders échoue à former un gouvernement majoritaire. Le Nouveau Contrat Social (NSC) de Pieter Omtzigt a annoncé mardi qu’il en avait “terminé” avec ce cycle de négociations, ce qui rend techniquement impossible la formation d’une majorité gouvernementale par Geert Wilders, vainqueur des élections en novembre. Le NSC, qui dispose de 20 sièges sur 150 au Parlement, a déclaré dans une lettre à ses membres, citée par le quotidien De Volkskrant, qu’il resterait “constructif” dans les négociations mais semble exclure la possibilité de siéger dans un gouvernement majoritaire avec M. Wilders. Pieter Omtzigt a précisé qu’il était particulièrement préoccupé par l’état des finances publiques.

[...] Lire la suite sur Courrier international