Publicité

Hamas-Israël : à l’ONU, Washington bloque l’appel à un « cessez-le-feu immédiat »

Nouveau veto des États-Unis à l'ONU, vendredi 8 décembre 2023, contre un « cessez-le-feu immédiat » à Gaza. (Illustration)  - Credit:SHEN HONG / MAXPPP / LANDOV/MAXPPP
Nouveau veto des États-Unis à l'ONU, vendredi 8 décembre 2023, contre un « cessez-le-feu immédiat » à Gaza. (Illustration) - Credit:SHEN HONG / MAXPPP / LANDOV/MAXPPP

Un véto, malgré des dénonciations multiples. Ce vendredi 8 décembre, les États-Unis ont dit non à un « cessez-le-feu humanitaire immédiat » à Gaza, en rejetant une résolution du Conseil de sécurité, et ce malgré la pression du secrétaire général qui a dénoncé la « punition collective » infligée aux Palestiniens.

Le projet de résolution qui a recueilli 13 voix en sa faveur, une contre (États-Unis) et une abstention (Royaume-Uni), avait été préparé par les Émirats arabes unis après l'invocation sans précédent par Antonio Guterres, le patron de l'ONU, mercredi, de l'article 99 de la charte des Nations unies, permettant au secrétaire général d'attirer l'attention du Conseil sur un dossier qui « pourrait mettre en danger le maintien de la paix et de la sécurité internationales ».

À LIRE AUSSI Gaza : Joe Biden exhorte Benyamin Netanyahou à « protéger les civils »

Mais les Américains, alliés d'Israël qui ont vendredi mis leur véto pour la 35e fois depuis 1970 à une résolution sur le dossier israélo-palestinien (sur 39 au total), ont répété vendredi leur hostilité à un cessez-le-feu. « Nous ne soutenons pas une résolution qui appelle à un cessez-le-feu non durable qui va simplement planter les graines de la prochaine guerre », a justifié l'ambassadeur américain adjoint Robert Wood, dénonçant également l'« échec moral » de l'absence dans le texte de condamnation des attaques du Hamas du 7 octobre.

Une « condamnation à mort pour des milliers de civils »

L'ambassadeur is [...] Lire la suite