Hakim El Karoui, essayiste : "Sans les quartiers populaires, la société ne tient pas"

·1 min de lecture

"Les quartiers pauvres ont un avenir." C'est le titre du nouveau rapport de l'Institut Montaigne, publié dimanche et que le JDD dévoile en exclusivité. En se fondant sur des données de l'Insee, ce document dépeint une autre visage des quartiers populaires ; il balaie plusieurs clichés tout en soulignant de vraies inégalités. Dans une interview, son auteur, l'essayiste Hakim El Karoui estime qu'il "est temps de changer de stratégie, d'investir dans les habitants plutôt que dans les bâtiments". 

Lire aussi - EXCLUSIF. Le rapport de l'Institut Montaigne qui déconstruit les idées reçues sur les quartiers populaires

Pourquoi ce rapport?
Dans la foulée de mon travail sur La Fabrique de l'islamisme pour l'Institut Montaigne, je souhaitais porter sur les quartiers pauvres un regard économique. On connaît le contexte : ces quartiers inquiètent, la pauvreté y est forte et l'islam politique - et le djihadisme! - y prospère. Nous éprouvons des difficultés à "faire France". Emmanuel Macron l'a reconnu le 2 octobre aux Mureaux : nous avons créé notre propre séparatisme dans ces territoires en les ghettoïsant. Mais est-ce que cela va aussi mal qu'on le croit? C'est la question à laquelle je voulais répondre, avec des faits et des chiffres, sans pathos. Et la réalité est plus encourageante qu'il n'y paraît. 

"

Les habitants des quartiers pauvres constituent "l'armée de réserve" d'une partie de notre économie

"

Qu'est-ce qui vous a le plus surpris durant cette année de recherches?
Les quartiers...


Lire la suite sur LeJDD