La Haine (Arte) : Quand Mathieu Kassovitz bousculait le Festival de Cannes

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

QUELLE CLAQUE !

"Jusqu’ici tout va bien… Mais l’important, c’est pas la chute. C’est l’atterrissage…" Festival de Cannes 1995, le deuxième film de Mathieu Kassovitz, 27 ans, bouscule les festivaliers. Dans un noir et blanc stylé, La Haine nous plonge au coeur d’une cité de la banlieue parisienne en plein chaos, à la suite d’une bavure policière. Et fait l’effet d’un uppercut, aujourd’hui encore. La rage éruptive de Vinz (Vincent Cassel), la tchatche mariole de Saïd (Saïd Taghmaoui) et la sagesse fiévreuse de Hub (Hubert Koundé) dévorent l’écran. Leur voyage tragi-comique au bout de la nuit, salué par le Prix de la mise en scène, rassemble 2 millions de spectateurs et jette une lumière crue sur la réalité des quartiers dits sensibles. Pour la première fois, les jeunes des cités se reconnaissent dans des héros de cinéma et "s’approprient le film", constate le réalisateur.

À lire également

Mathieu Kassovitz s'insurge contre les violences policières 25 ans après La Haine (VIDEO)

AU COEUR DE LA CITÉ

Pour se faire accepter des habitants du quartier de la Noé, à Chanteloup-les-Vignes (78), Kassovitz et ses comédiens se sont installés pendant plusieurs semaines parmi eux.... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles