Publicité

Héritage de Johnny Hallyday : la colère de Sylvie Vartan ne redescend pas, Laeticia en prend pour son grade

Sylvie Vartan n'a pas tenté de cacher sa colère. Invitée sur le plateau de Quelle époque !, samedi 2 mars 2024, celle qui a été mariée à Johnny Hallyday a été interrogée sur cette image dans l'église de la Madeleine lors des obsèques nationales qui avaient été réservées à l'idole des jeunes. La mère de David Hallyday était présente, entourée des autres femmes de la vie du chanteur, dont Laeticia Hallyday. Elle a expliqué à Léa Salamé qu'elle ne pouvait plus regarder ces images. "C'est comme une scène inventée, qui n'existe pas", a-t-elle lancé avant de révéler l'image qu'elle gardait de l'artiste disparu. "Un garçon d'une beauté incroyable, d'une gentillesse, d'une sensibilité et d'une passion et d'un talent fou et quelqu'un d'unique. Voilà l'image que je garde et que j'aurai aimé que l'on garde." Sylvie Vartan n'a pas caché être particulièrement affectée par tout ce qui a suivi la mort de Johnny Hallyday. "Il n'y a pas de mots", a-t-elle simplement déclaré avec un grand désespoir. Léa Salamé a alors voulu savoir si elle avait une explication face aux familles qui se déchirent comme celle des Hallyday ou plus récemment des Delon. "Si on savait le pourquoi des choses, ce serait différent." Selon elle, l'argent peut être une cause, mais aussi l'éducation. Elle a ensuite, sans jamais la nommer, encore une fois laissé sous-entendre les responsabilités de la veuve de l'idole des jeunes.

Sylvie Vartan remet en cause, à demi-mot, (...)

Lire la suite sur Closer

"J'ai tenu bon" : ému aux larmes, Vianney se confie sur son enfance dans The Voice
Florent Manaudou : c’est fini avec Pernille Blume… mais le champion a déjà retrouvé l’amour
Panique à Windsor ! Charles III et Camilla pistés jusqu’au Palais par un mystérieux individu
TÉMOIGNAGE. “Je suis tombée amoureuse d'un condamné à mort aux Etats-Unis et nous avons eu un enfant ensemble”
Marée blanche aux Antilles ! Cette saisie de tous les records à faire pâlir l’océan Atlantique