Publicité

Guerre en Ukraine: Zelensky affirme que la chute de Bakhmout pourrait causer la perte d'autres villes

Volodymyr Zelensky, le 14 février 2023 - PRESIDENCE UKRAINIENNE / AFP
Volodymyr Zelensky, le 14 février 2023 - PRESIDENCE UKRAINIENNE / AFP

Tenir, coûte que coûte. L'armée ukrainienne tente de défendre du mieux qu'elle peut la ville de Bakhmout, menacée d'encerclement par les troupes de Vladimir Poutine depuis plusieurs jours. Ce mardi au micro de CNN, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a justifié cette défense "tactique", expliquant qu'une défaite de l'Ukraine serait synonyme, dans les prochains jours, de la prise d'autres localités par l'armée russe.

"Nous comprenons qu'après Bakhmout, ils pourraient aller plus loin", affirme Volodymyr Zelensky, citant Kramatorsk, une quarantaine de kilomètres au Nord-Ouest, et Sloviansk, dans la même zone.

"Ce serait une 'route ouverte' pour les Russes après Bakhmout vers d'autres villes en Ukraine", martèle Volodymyr Zelensky.

Car après l'enlisement d'une guerre sans fin et l'isolement diplomatique de Moscou, voir le "petit drapeau" russe flotter sur les toits restants de Bakhmout permettrait à Poutine de "mobiliser la société [russe] afin de créer l'idée qu'ils ont une armée puissante", analyse Zelensky.

Vers de nouvelles opérations?

Dans son allocution ce mardi soir, il a de nouveau salué "l'héroïsme" des soldats défendant cette ville.

La prise de Bakhmout est nécessaire, plaide de son côté Moscou. "Cette ville est un nœud important (des lignes) de défense des soldats ukrainiens dans le Donbass", a expliqué Sergueï Choïgou, lors d'une réunion de cadres de son ministère, diffusée à la télévision.

"Sa prise permettra de mener de nouvelles opérations offensives en profondeur contre la défense des forces armées d'Ukraine", a-t-il dit.

Bakhmout est devenue hautement symbolique, du fait des efforts déployés des deux côtés depuis l'été pour contrôler cette ville qui compte aujourd'hui moins de 4000 civils, selon Kiev. Avant le début de l'intervention militaire russe, elle en comptait 70.000 rappelle l'AFP.

Article original publié sur BFMTV.com