Guerre en Ukraine : pourquoi la Russie recrute-t‑elle des volontaires ?

© Nina Liashonok/UKRINFORM/SIPA

Sur sa chaîne Telegram, le blogueur militaire russe Maksim Fomin s’est réjoui mardi dernier : « C’est la mobilisation volontaire en Russie […]. Chaque région forme des unités et les envoie au front. » Un peu partout dans le pays, en effet, sur des sites d’offres d’emploi ou dans des campagnes de publicité, les autorités tentent de recruter des volontaires. Selon l’Institut pour l’étude de la guerre (ISW), la campagne de recrutement, commencée en juin, s’est accélérée en juillet. Les 85 régions et districts autonomes de la Fédération de ­Russie doivent former des bataillons d’environ 400 hommes âgés de 18 à 60 ans qui iront dans des unités d’infanterie motorisée ou navale, mais aussi les communications et la logistique. Les salaires vont de 220 000 à 350 000 roubles par mois, soit 3 800 à 6 000 euros.

La société militaire privée Wagner, liée au Kremlin et très présente sur le champ de bataille en Ukraine, toque même aux portes de prisons pour attirer des hommes.

Bombardements massifs

Quelque 300 détenus de la colonie pénitentiaire no 1 de la ville de ­Tlyustenkhabl, de la région du ­Caucase du Nord, auraient ainsi accepté de partir combattre. À Saint-Pétersbourg, Nijni ­Novgorod, Riazan, Smolensk, Voronej, Wagner propose un salaire et une amnistie potentielle pour six mois de service.

Lire aussi - Guerre en Ukraine : capturé par les pro-russes en avril, le Britannique Paul Urey meurt en prison

Quatre mois après le début de l’invasion de l’Ukraine, Moscou manque en fait de troup...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles