Publicité

Guerre en Ukraine: un ours noir blessé et traumatisé va être adopté par un zoo écossais

L'un des seuls rescapés d'un massacre. Un ours noir d'Asie, trouvé en Ukraine en octobre 2022 dans un état de santé très préoccupant, sera accueilli au début de l'année 2024 dans un zoo écossais, a annoncé le centre britannique, relayé par CNN.

Après la libération du village sous occupation russe de Lyman, près de Donetsk, en octobre dernier, Yampil - dont le nom fait référence à la localité où il a été trouvé - avait été découvert dans un petit zoo privé parmi près de 200 cadavres d'animaux. Il avait grièvement été blessé par un obus et il ne lui restait que quelques jours à vivre avant l'arrivée des secours, selon le zoo Five Sisters, entre Glasgow et Édimbourg.

"Certains animaux auraient même été tués et mangés pendant l’occupation russe", a-t-il ajouté.

"Les envahisseurs se sont attaqués brutalement à la plupart des animaux sauvages qui y étaient gardés, mais l'ours est resté en vie. Cependant, il est dans un état terrible et blessé à cause d'un obus qui a touché l'enclos où il était enfermé", avait déploré UAnimals, l'association l'ayant pris en charge à l'époque.

Un traumatisme encore présent

L'ours noir de 12 ans était jusqu'alors pris en charge par l'association de sauvetage belge Natuurhulpcentrum. "Nos amis nous ont demandé d'offrir un foyer chaleureux et permanant" à Yampil, a commenté Five Sisters. Pour cela, il a lancé un appel aux dons pour trouver environ 200.000 livres afin de reconstruire un nouvel enclos et apporter un soutien psychologique à l'animal, encore sous le choc.

"Nous voulons nous assurer que nous lui construisons un environnement digne d'un sanctuaire. L'Écosse répondra à ses besoins, ils seront adaptés à ses traumatismes et aux comportements inadaptés qu'il aurait pu développer à cette époque", a confié à CNN Romain Pizzi, le responsable des vétérinaires du zoo.

Ainsi, le zoo de Five Sisters pourra lui "fournir un habitat lui permettant de s'épanouir pour le reste de sa vie".

Article original publié sur BFMTV.com