Publicité

Guerre en Ukraine : Macron revient sur l’envoi de troupes occidentales pour la première fois

Les propos du chef de l’État avaient créé la polémique dans la classe politique française, mais aussi chez les alliés de la France et de l’Ukraine.

POLITIQUE - Explication de texte. Le président français Emmanuel Macron est revenu ce lundi 4 mars sur ses propos qui avaient provoqué la controverse et relatifs à un possible envoi, dans l’avenir plus ou moins proche, de militaires occidentaux en Ukraine.

Guerre en Ukraine : après les propos d’Emmanuel Macron sur l’envoi de troupes à Kiev, les alliés de la France tempèrent

« En réponse à une question qui m’était posée sur l’envoi des troupes, j’ai répondu que rien n’était exclu », a rappelé Emmanuel Macron dans un entretien au quotidien tchèque Pravo, dont un extrait a été mis en ligne lundi soir, à la veille de sa visite à Prague.

« Nous lançons le débat et réfléchissons à tout ce qu’il est possible de faire pour soutenir l’Ukraine », a-t-il ajouté. « J’ai toujours été clair sur le cadre qui était le nôtre, nous ne sommes pas en guerre contre le peuple russe et nous refusons d’entrer dans une logique d’escalade », a-t-il ajouté.

« Ambiguïté stratégique »

C’est la première fois que le chef de l’État français revient sur ses propos tenus le 26 février à Paris, à l’issue d’une conférence internationale sur le soutien à l’Ukraine. Il avait alors déclaré, au nom d’une doctrine d’« ambiguïté stratégique », qu’un envoi de troupes occidentales en Ukraine ne pouvait « être exclu » à l’avenir, tout en reconnaissant qu’il n’existait à ce stade pas de « consensus » parmi les alliés de Kiev.

Le gouvernement français a ensuite précisé qu’il ne s’agissait pas de troupes combattantes.

Mais la quasi-totalité des autres alliés occidentaux se sont immédiatement démarqués de sa position, assurant qu’il n’était pas question d’envoyer des soldats sur le sol ukrainien.

À voir aussi sur Le HuffPost :

Guerre en Ukraine : Lecornu détaille l’armement fourni à Kiev après un classement

Allemagne : Espionnage russe et livraison de missiles à l’Ukraine, cette fuite qui embarrasse Scholz

VIDÉO - Inscription de l'IVG dans la Constitution : "Une victoire pour Emmanuel Macron"