Publicité

Guerre en Ukraine : Macron promet des livraisons d’armes et renouvelle son soutien

Un cratère après un missile russe tombé à Kharkiv le 11 janvier 2024.
SERGEY BOBOK / AFP Un cratère après un missile russe tombé à Kharkiv le 11 janvier 2024.

GUERRE EN UKRAINE - La France réaffirme son soutien à l’Ukraine. Lors de sa conférence de presse, Emmanuel Macron a annoncé ce mardi 16 janvier qu’il se rendrait « en février » en Ukraine et que la France allait livrer à ce pays 40 nouveaux missiles longue portée SCALP et « des centaines de bombes ».

Conférence de presse de Macron sur TF1 : théâtre, instruction civique, écrans... Les annonces sur l’école

Il a aussi indiqué que la France était « en train de finaliser un accord » de sécurité avec Kiev du type de celui conclu vendredi entre le Royaume-Uni et l’Ukraine sur dix ans, ajoutant que la France et l’Union européenne auraient « à prendre des décisions nouvelles dans les semaines et les mois qui viennent, précisément pour ne pas laisser la Russie gagner ».

« Nous ne pouvons pas laisser la Russie gagner et nous ne devons pas le faire car alors la sécurité même de l’Europe et de tout le voisinage russe serait remise en cause », a-t-il insisté.

La crainte d’une escalade au Moyen-Orient

Interrogé sur la perspective d’une victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine en novembre, qui pourrait remettre en cause le soutien à l’Ukraine, il a affirmé qu’il ne « faut pas s’intéresser aux personnes. Il faut avoir la lucidité de voir que les États-Unis d’Amérique sont un grand allié dont nous célébrerons le courage » à l’occasion du 80e anniversaire du Débarquement allié en Normandie en juin prochain.

« Mais c’est une démocratie qui traverse aussi une crise dont la priorité première est elle-même, et dont la deuxième priorité, la question chinoise », a-t-il poursuivi, en défendant dans ce contexte « une Europe plus forte, qui sache se protéger elle-même et qui ne dépende pas des autres ».

Toujours sur les questions internationales, Emmanuel Macron a évoqué la guerre entre Israël et le Hamas et expliqué pourquoi il avait décidé « de ne pas se joindre à une coalition qui a conduit des frappes préventives contre les Houthis sur leur sol ». La raison est limpide : « éviter toute escalade ».

À voir aussi sur Le HuffPost :

Eurovision 2024 : Israël doit être exclue du concours, selon ces 1 400 artistes finlandais

En Russie, à Saint-Pétersbourg un gigantesque incendie se déclenche dans un entrepôt