Publicité

Guerre en Ukraine : Macron assure qu’un cessez-le-feu sera demandé à la Russie durant les JO de Paris

« Il y a l’exigence d’un cessez-le-feu pendant les Jeux olympiques. Les Russes doivent le faire. C’est ce qui s’est toujours produit », a souligné une journaliste ukrainienne à Emmanuel Macron.

INTERNATIONAL - Ça ne coûte rien de demander. Dans une interview diffusée samedi 16 mars à la télévision ukrainienne, Emmanuel Macron a annoncé qu’il allait demande à la Russie un cessez-le-feu en Ukraine le temps des jeux olympiques de Paris. « Il y a l’exigence d’un cessez-le-feu pendant les Jeux olympiques. Ils (les Russes) doivent le faire. C’est ce qui s’est toujours produit », lui a lancé une journaliste, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

Présidentielle en Russie : les anti-Poutine multiplient les actions symboliques pendant le vote

Ce à quoi Emmanuel Macron a répondu « Oui, cela sera demandé ». Et d’ajouter : « La règle du pays hôte est d’évoluer au rythme du mouvement olympique. C’est un message de paix. Nous suivrons également la décision du Comité olympique. »

L’Elysée souligne que la France, comme il est de tradtion en tant que pays hôte, a fait adopter en novembre 2023 par les Nations unies une résolution portant sur une trêve olympique. Aucun vote contre n’a été comptabilisé parmi les 120 pays qui ont pris part au scrutin.

Macron pour les athlètes russes sous bannière neutre

Dans cet entretien, réalisé depuis la capitale française et publié sur la chaîne YouTube d’une journaliste ukrainienne samedi 16 mars, le président français a redit que le Kremlin avait violé la trêve olympique pendant les jeux olympiques d’hiver de Pékin en 2022. Il a également redit qu’il y aurait des athlètes russes qui disputeront les Jeux de Paris sous bannière neutre. Mais il a précisé qu’une attention sera portée sur les discours qui pourraient être faits par ces mêmes athlètes.

En attendant, la situation est toujours particulièrement tendue à l’Est en ce dimanche 16 mars. Une journée très attendue par le Kremlin puisqu’elle signe la clôture des votes pour la présidentielle russe qui doit voir gagner, sans surprise, Vladimir Poutine.

En parallèle du scrutin, les autorités ukrainiennes ont qualifié de « provocation » russe une attaque au drone explosif qui aurait visé une base militaire en Transnistrie, région séparatiste prorusse de Moldavie, et qui a été envoyé, selon les autorités locales, depuis l’Ukraine voisine. Dans un communiqué le Conseil de sécurité ukrainien a accusé Moscou de vouloir « une escalade » de la situation dans la région.

À voir également sur Le HuffPost :

Guerre en Ukraine : Macron, Scholz et Tusk mettent en scène l’unité pour faire oublier les dissensions

Présidentielle en Russie : contre Vladimir Poutine, Ioulia Navalnaïa vote à l’ambassade russe à Berlin