Guerre en Ukraine : Ce que l’on sait du missile tombé en Pologne

Police investigate the site where a missile strike killed two people on November 17, 2022 in the eastern Poland village of Przewodow, near the border with war-ravaged Ukraine,  as Poland has said there is no clear evidence on who launched the missile. - The explosion came after Russian missiles hit cities across Ukraine on November 16, including Lviv, near the border with Poland. (Photo by Wojtek RADWANSKI / AFP)
WOJTEK RADWANSKI / AFP Police investigate the site where a missile strike killed two people on November 17, 2022 in the eastern Poland village of Przewodow, near the border with war-ravaged Ukraine, as Poland has said there is no clear evidence on who launched the missile. - The explosion came after Russian missiles hit cities across Ukraine on November 16, including Lviv, near the border with Poland. (Photo by Wojtek RADWANSKI / AFP)

INTERNATIONAL - La guerre en Ukraine prend-elle un nouveau tournant ? La tension est en tout cas montée d’un cran mardi 15 novembre après-midi, après la mort de deux personnes en Pologne tuées par un missile tombé dans le village de Przewodow, près de la frontière ukrainienne en fin d’après-midi.

Après l’agitation de la communauté internationale face à ce qui pourrait être une attaque russe sur le territoire d’un membre de l’OTAN, le président polonais Andrzej Duda a rapidement temporisé.

Przewodów, Pologne
Capture écran Google Maps Przewodów, Pologne

Il a affirmé qu’il n’y avait à ce stade pas de « preuve univoque » sur l’origine du tir du missile meurtrier, « très probablement de fabrication russe » selon lui, ce que nie la Russie. « Une enquête est en cours », a-t-il relevé, affirmant qu’il s’agissait d’un incident « isolé ».

Une erreur de guidage ?

Comme le souligne le New York Times, qui cite des experts militaires, rien ne permet en effet d’affirmer que le missile a bien été tiré par l’armée russe. D’après le quotidien américain, Kiev et Moscou utilisent tous les deux des missiles fabriqués en Russie. Il pourrait également s’agir d’un missile tiré par Moscou dévié de sa trajectoire après avoir été intercepté par un missile de défense ukrainien, et non d’une frappe intentionnelle.

Sur Franceinfo l’ancien chef de la mission militaire française auprès de l’ONU Dominique Trinquant, pense également plus à une erreur qu’à une attaque délibérée. « L’enquête va vite déterminer si ce sont bien des missiles russes. Si c’est le cas, il est probable que ce soit des erreurs de guidage de missiles et non pas une volonté délibérée de taper en Pologne », affirme-t-il.

« Ça montre une fois de plus que le guidage des missiles russes est problématique, même s’ils pourront trouver une excuse du style ’’les signaux GPS sont brouillés par les Occidentaux et c’est pour ça que nos missiles ne fonctionnent pas bien’’ », ajoute-t-il.

Un missile ukrainien dévié ?

Il pourrait également s’agir d’un missile ukrainien dévié de sa trajectoire, comme le souligne toujours sur Franceinfo le colonel de réserve Pierre Servent, expert militaire. Face à la « pluie de missiles et de drones suicides » russes en Ukraine, il est possible que « des systèmes de défense sol-air ukrainiens aient raté leur cible ou éventuellement aient touché des missiles russes et que l’impact et la trajectoire ont pu conduire le missile à poursuivre sa course, avec en partie des débris de missiles ukrainiens en territoire polonais ».

Pour l’instant, ce ne sont que des hypothèses et personne n’ose croire à une frappe russe intentionnelle. Pour une bonne raison : si tel était le cas, l’article 5 de l’OTAN qui dispose qu’une attaque sur l’un des membres de l’OTAN est une attaque sur tous les autres membres, pourrait être invoqué. Cela déclencherait un mécanisme de riposte contre Moscou.

En attendant d’en savoir plus, les dirigeants des grandes puissances du G7 (États-Unis, France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Canada, Japon) se sont réunis en urgence en Indonésie, en marge du sommet du G20. Il est « absolument essentiel d’éviter l’escalade de la guerre en Ukraine », a aussi exhorté le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres qui réclame une « enquête approfondie » sur le tir.

À voir également sur Le Huffpost :

Lire aussi