Publicité

Guerre en Ukraine : le Kremlin a pris bonne note des déclarations d’Emmanuel Macron aux oppositions

Vladimir Poutine, ici présidant une réunion du Conseil de sécurité via une liaison vidéo au Kremlin, à Moscou, le 1er mars 2024.
SERGEI ILYIN / AFP Vladimir Poutine, ici présidant une réunion du Conseil de sécurité via une liaison vidéo au Kremlin, à Moscou, le 1er mars 2024.

RUSSIE - Les sorties d’Emmanuel Macron cette semaine sur la guerre en Ukraine ne sont pas passées inaperçues en Russie. Le Kremlin a estimé ce jeudi 7 mars que le président français augmentait « l’implication » de son pays dans le conflit depuis ses propos n’excluant pas d’envoyer des troupes occidentales sur place, une éventualité rejetée par la plupart de ses alliés.

Guerre en Ukraine : Emmanuel Macron a progressivement haussé le ton sur le rôle de la France

« M. Macron est convaincu de sa politique consistant à vouloir infliger une défaite stratégique à notre pays et il continue d’augmenter le niveau d’implication directe de la France » dans le conflit en Ukraine, a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, dans une vidéo diffusée sur Telegram par un journaliste russe.

Le caractère « contradictoire » des déclarations faites à Paris

Dmitri Peskov a néanmoins souligné le caractère « contradictoire » des déclarations faites à Paris à ce sujet depuis les premiers propos d’Emmanuel Macron le 26 février, lorsque le président français avait dit « ne pas exclure » l’envoi de troupes occidentales en Ukraine à l’avenir.

Cette première déclaration avait suscité l’émoi des alliés de la France au sein de l’Otan, qui ont pour la plupart immédiatement rejeté une telle éventualité.

Malgré la controverse, Emmanuel Macron avait ensuite assuré que tous ses mots étaient « pesés » et « mesurés », tout en assurant refuser toute « logique d’escalade » avec Moscou.

Mardi, il a appelé les alliés de l’Ukraine à « ne pas être lâches » face à une Russie « devenue inarrêtable » et jeudi, en recevant les chefs de partis français pour clarifier ses positions, il a assuré que le soutien de Paris à Kiev n’avait « aucune limite » ni « ligne rouge ».

À voir également sur Le HuffPost :

Guerre en Ukraine : les oppositions « inquiètes » du discours « sans limite » que Macron leur a tenu à l’Élysée

Européennes 2024 : Attaqué sur la Russie, le Rassemblement national tente une riposte (très) bancale