Publicité

Guerre en Ukraine : Le journaliste de l'AFP Arman Soldin tué dans une frappe de roquettes

La mort du journaliste Arman Soldin annoncée ce mardi 9 mai 2023 sur BFMTV. -
La mort du journaliste Arman Soldin annoncée ce mardi 9 mai 2023 sur BFMTV. -

Le journaliste et coordinateur vidéo pour l'AFP en Ukraine a été mortellement touché par un bombardement dans l'est du pays ce mardi 9 mai 2023.

Dramatique nouvelle. L'Agence France Presse (AFP) a annoncé, ce mardi 9 mai 2023, la mort d'Arman Soldin, l'un de ses journalistes dépêchés en Ukraine pour couvrir le conflit avec la Russie. "Nous avons la douleur d'annoncer que notre reporter Arman Soldin a été tué aujourd'hui près de Bakhmout, en Ukraine. Toutes nos pensées vont à sa famille et à ses proches", a écrit la célèbre agence de presse sur Twitter. Arman Soldin était âgé de 32 ans.

"Une attaque de roquettes Grad"

Dans une série de tweets, l'AFP a ensuite donné du contexte à cet événement dramatique. "Arman Soldin, notre coordinateur vidéo en Ukraine, a été tué lors d'une attaque de roquettes Grad dans l'est du pays. Il était accompagné par d'autres journalistes de l'agence", a précisé l'AFP. Ce bombardement est survenu aux alentours de 16h30 dans les environs de Tchassiv Iar, localité à proximité de Bakhmout, qui est visée quotidiennement par les forces russes, fait savoir l'AFP.

Recruté à Rome en 2015 avant de rejoindre le bureau de Londres la même année, Arman Soldin, de nationalité française et Bosnien d'origine, était né à Sarajevo. "L'Agence dans son ensemble est effondrée. La mort d'Arman est un terrible rappel des risques et des dangers liés à la couverture de cette guerre", a réagi Fabrice Fries, PDG de l'AFP, dans un message interne relayé par le Syndicat national des journalistes (SNJ) de l'AFP sur Twitter.

"Le travail...

Lire la suite


À lire aussi

Audiences : France 2 petit leader, TF1 facile leader ménagères avec "Grey's Anatomy"
Roland-Garros : Jo-Wilfried Tsonga rejoint Amazon Prime Video pendant la quinzaine
Pornographie : Twitter risque d'être bloqué par l'Arcom si la loi pour "sécuriser" Internet est votée