Publicité

Guerre en Ukraine: des Indiens enrôlés par la Russie "coincés" sur le front

L'Inde a indiqué ce jeudi 29 février qu'elle cherchait à obtenir qu'une vingtaine de ses citoyens "coincés" dans l'armée russe soient libérés de leurs obligations, après des informations disant que ces hommes avaient été envoyés se battre en Ukraine.

Deux ans après le début de l'invasion russe en Ukraine, des dizaines de milliers de soldats ont été tués, et Moscou cherche à enrôler des soldats dans le monde entier. Plusieurs Indiens recrutés ainsi pour un travail qui devait n'être que "de soutien" à l'armée russe ont raconté à l'AFP qu'ils avaient, une fois enrôlés, été entraînés au maniement des armes avant d'être envoyés sur le front en Ukraine.

Une vingtaine d'Indiens "coincées" dans l'armée russe

"Selon nos informations, une vingtaine de personnes sont encore coincées" dans l'armée russe, a déclaré à la presse le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Randhir Jaiswal.

"Nous faisons de notre mieux pour qu'ils soient libérés plus tôt" que ne le prévoyait leur contrat. "Nous sommes en contact constant avec les autorités russes aussi bien ici à Delhi qu'à Moscou", a-t-il précisé.

La semaine dernière, l'Inde avait confirmé qu'un certain nombre de ses concitoyens, attirés par des salaires alléchants, s'étaient enrôlés dans l'armée russe pour un "rôle de soutien", sans penser qu'ils auraient à se battre en Ukraine.

Ni l'Inde ni la Russie n'ont confirmé que ces personnes avaient été envoyées au combat en Ukraine. Randhir Jaiswal a déclaré que le ministère avait "dit aux gens de ne pas s'aventurer dans la zone de guerre".

Les soldats qui ont parlé à l'AFP ont expliqué qu'on leur avait promis des rôles de non-combattants. Mais le contrat montré par l'un d'eux à l'AFP, contrat en langue russe, prévoyait que les signataires étaient enrôlés pour "service militaire dans les forces armées de la Fédération russe", et qu'ils s'engageaient notamment à "participer aux hostilités" et à "servir le peuple russe sans limite".

Selon des analystes, le recrutement en Inde - vieille alliée de Moscou, qui a refusé de condamner explicitement l'invasion de l'Ukraine - entre dans le cadre de la campagne russe de recrutement mondial.

Article original publié sur BFMTV.com