Publicité

Guerre en Ukraine: un homme condamné à perpétuité pour avoir guidé une frappe russe sur un restaurant

Un habitant de Kramatorsk, dans l'est de l'Ukraine, a été condamné à la prison à perpétuité pour avoir guidé une frappe russe sur un restaurant de la ville, qui avait fait 13 morts en juin 2023, a annoncé ce jeudi 4 avril le Parquet général ukrainien.

Le 27 juin 2023, un missile balistique russe avait tué à l'heure du dîner 13 personnes -dont quatre enfants et l'écrivaine Victoria Amelina - et blessé 64 autres dans un restaurant de Kramatorsk, le "Ria Pizza", très fréquenté et notamment apprécié par les militaires.

"Un habitant est condamné à la prison à vie pour avoir guidé l'attaque au missile des occupants contre une pizzeria à Kramatorsk", a indiqué le parquet dans un communiqué.

"Recruté" par la Russie

L'homme, dont l'identité n'a pas été révélée, a été "recruté" par la Russie et reconnu coupable de "haute trahison", selon cette même source.

Il avait pour tache de confirmer "la présence de militaires ukrainiens" dans le restaurant. A cette fin, il a "enregistré deux vidéos qu'il a immédiatement envoyées à son interlocuteur" sur l'application de messagerie Telegram, a déclaré le parquet.

Quelques jours après l'attaque, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait évoqué l'arrestation d'un homme, le présentant comme "la personne qui a coordonné cette attaque terroriste".

Il était toutefois impossible jeudi de savoir dans l'immédiat s'il s'agissait du même individu.

Depuis deux ans d'invasion russe, l'Ukraine cherche à traduire en justice toute personne ayant collaboré avec les forces russes, notamment dans les territoires occupés un temps par Moscou puis reconquis par les troupes de Kiev.

Le bureau du procureur général avait enregistré en début d'année plus de 7.000 cas de collaboration, et des milliers d'autres pour des chefs d'inculpation similaires.

En décembre 2023, 941 verdicts avaient déjà été prononcés en Ukraine dans des affaires de collaboration, selon le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme (OHCHR).

Article original publié sur BFMTV.com