Publicité

Guerre en Ukraine : deux humanitaires français tués à Beryslav, près de Kherson, ce que l’on sait

Des militaires ukrainiens participant à des exercices militaires menés par des unités d’assaut dans la région de Jytomyr, en Ukraine, le 30 janvier 2024.
SERGEI SUPINSKY / AFP Des militaires ukrainiens participant à des exercices militaires menés par des unités d’assaut dans la région de Jytomyr, en Ukraine, le 30 janvier 2024.

GUERRE EN UKRAINE - L’armée ukrainienne a communiqué sur la mort de Français. Deux « volontaires » français ont été tués et plusieurs autres personnes ont été légèrement blessées jeudi 1er février lors d’une frappe russe à Beryslav, près de Kherson dans le sud de l’Ukraine.

« Des volontaires étrangers ont été tués et blessés à cause d’une frappe ennemie sur Beryslav », a écrit sur Telegram le gouverneur de la région de Kherson, Oleksandr Prokoudine.

« L’armée russe a tué deux citoyens français. Trois autres étrangers ont été légèrement blessés » de même qu’un Ukrainien, a-t-il poursuivi, sans préciser les fonctions exactes de ces « volontaires » - une expression souvent employée pour désigner les travailleurs des organisations humanitaires - et en présentant ses « sincères condoléances aux familles des morts ».

« La barbarie russe a visé des civils en Ukraine. Deux humanitaires français ont payé leur engagement auprès des Ukrainiens de leur vie », a indiqué en fin de matinée le ministre français des Affaires étrangères Stéphane Séjourné, confirmant également que trois humanitaires ont été blessés. « Mes pensées vont vers eux et leurs proches. La France se tient à leurs côtés », a-t-il ajouté, avant d’avertir : « La Russie devra répondre de ses crimes. »

« Deux humanitaires français ont été tués en Ukraine par une frappe russe. Acte lâche et indigne. Je pense à leurs proches et camarades blessés », a écrit peu de temps après sur X Emmanuel Macron.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a salué vendredi la mémoire des deux « courageux » humanitaires. Ces derniers « aidaient les gens et nous serons toujours reconnaissants pour leur humanité », a-t-il écrit sur X en affirmant que la « terreur russe » ne tenait pas compte de la « nationalité des victimes ».

Beryslav, une ville de 12 000 habitants avant la guerre

La police nationale ukrainienne a indiqué de son côté que deux hommes de nationalité française étaient morts à la suite d’une attaque de drones, et que trois hommes et une femme avaient été blessés. Elle a annoncé, sur Telegram, l’ouverture d’une enquête pour violation des lois et coutumes de la guerre.

« Toutes les victimes étaient venues dans la région de Kherson comme volontaires », a ajouté la police.

Beryslav, qui comptait environ 12 000 habitants avant la guerre, est située sur la rive nord du fleuve Dniepr, près de la ligne de front. Le 27 janvier, une personne y avait été tuée par un explosif lancé par un drone russe.

À voir également sur Le HuffPost :

Guerre en Ukraine : les 27 pays de l’UE parviennent à un accord pour une aide de 50 milliards à Kiev

Guerre en Ukraine : Trois Russes exilés à Paris nous racontent comment ils imaginent le futur pour leur pays