Publicité

Guerre en Ukraine : une conférence de soutien organisée par Macron, pour quoi faire ?

Plusieurs dirigeants européens et alliés de Kiev se réunissent à Paris pour se remobiliser après deux ans de guerre contre la Russie.

Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky ici le 16 février 2024.

INTERNATIONAL - Envoyer un message clair à la Russie. Une vingtaine de chefs d’État et de gouvernement, en majorité européens, se réunissent ce lundi 26 février à Paris pour réaffirmer leur unité et leur soutien à l’Ukraine, en situation très difficile après plus de deux ans d’une guerre éprouvante face à Moscou.

Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky fait le triste bilan des soldats tués après 2 ans de combats

La grande majorité des dirigeants européens, dont le chancelier allemand Olaf Scholz et le président polonais Andrzej Duda, ainsi que les Premiers ministres de 15 pays de l’UE seront présents à cette réunion à l’Élysée, qui sera ouverte par une intervention en visioconférence du président ukrainien Volodymyr Zelensky. Des représentants américain et canadien participeront à la réunion, ainsi que le chef de la diplomatie britannique David Cameron.

Le but est de « remobiliser et examiner tous les moyens de soutenir l’Ukraine efficacement », indique l’Élysée, dans un contexte d’inquiétude au moment où Kiev, en manque d’armes et de munitions, se trouve dans une situation très difficile face à la Russie.

« Il s’agit de contredire l’impression que les choses sont en train de se déliter, de réaffirmer que nous ne sommes pas fatigués et que nous sommes déterminés à faire échec à l’agression russe. Nous voulons envoyer le message clair à Poutine qu’il ne l’emportera pas en Ukraine », insiste la présidence française, qui veut envoyer un message « d’unité ».

Pas d’annonce d’aides supplémentaires

« Notre message lundi sera de montrer notre détermination à faire tout ce qui est nécessaire pour mettre la Russie en échec. Nous ne sommes pas fatalistes, dans un mode doom and gloom (malheur et tristesse). Nous sommes déterminés », a encore expliqué l’Élysée au Parisien.

Le palais ajoute : « Beaucoup a été fait : le Conseil européen a réussi à s’entendre sur 50 milliards d’aide à l’Ukraine. Mais nous voulons être plus cohérents, efficaces et robustes dans le soutien que nous apportons à l’Ukraine. Il faut sans doute pouvoir le faire mieux et avec un meilleur impact compte tenu de l’intensification de la guerre russe. »

Si de nouvelles annonces d’aide ne sont pas prévues, les participants vont parler de « la situation sur le terrain » et examiner les moyens de « faire mieux et de manière plus décisive », alors que Kiev a affirmé dimanche que la moitié des armes occidentales promises sont livrées en retard.

Une lutte contre la Russie

« Chacun fait tout ce qu’il peut en matière de livraison d’armes. Il faut que nous puissions tous ensemble faire mieux, chacun selon ses capacités », selon la présidence française.

Plusieurs pays européens, dont la France, l’Allemagne, l’Italie, ont signé des accords de sécurité bilatéraux avec Kiev ces dernières semaines, mais l’UE peine à tenir ses engagements notamment en matière de livraisons d’obus. Et l’aide américaine, cruciale pour Kiev, est actuellement bloquée par les troupes républicaines de Donald Trump, majoritaires au Congrès.

« Nous ne sommes ni résignés, ni défaitistes », insiste l’Élysée, « il n’y aura pas de victoire de la Russie en Ukraine ». La réunion se penchera également sur la recrudescence des attaques cyber et informationnelles d’une Russie « de plus en plus agressive » et qui représente « un risque montant pour l’Europe », selon la présidence française.

À voir aussi sur Le HuffPost :

La guerre Russie-Ukraine gêne les avions au-dessus de l’Europe, et ça ne fait qu’empirer

La femme de Navalny, Ioulia Navalnaïa, accuse Poutine d’avoir « pris en otage » la dépouille de son mari

VIDÉO - L'Ukraine assure que la moitié des armes occidentales promises sont livrées en retard