Guerre en Ukraine : 561 soldats de la Garde nationale tués depuis le début du conflit

Lafargue Raphael/ABACA

Selon la Garde nationale ukrainienne, 561 soldats de l'institution sont morts depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine.

Quelque 561 soldats de la Garde nationale ukrainienne, à laquelle appartient notamment le régiment Azov retranché dans l'aciérie d'Azovstal à Marioupol, ont été tués depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine, a affirmé mercredi le chef de cette institution, Oleksiï Nadtotchy. Il a précisé, durant un point presse diffusé en ligne, que 1.697 membres de la Garde nationale avaient en outre été blessés.

Ce chiffre est un rare bilan donné par un responsable ukrainien des pertes militaires enregistrées depuis le début de la guerre, les ministères de la Défense ukrainien comme russe ne communiquant généralement pas sur leurs propres pertes. Mi-avril, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait évalué à environ 2.500 à 3.000 le nombre de soldats ukrainiens morts. Environ 10.000 soldats ukrainiens ont été blessés et il est "difficile de dire combien d'entre eux survivront", avait-il ajouté.

La Garde nationale ukrainienne, dépendante du ministère de l'Intérieur, a été créée en mars 2014, dans la foulée du mouvement pro-européen du Maïdan qui avait vu la chute d'un président pro-russe et alors que les nouvelles autorités craignaient une intervention de l'armée russe dans l'est du pays. Elle a notamment intégré en ses rangs des groupes d'"autodéfense" qui étaient en première ligne durant le Maïdan, dont plusieurs bataillons nationalistes comme le régiment Azov. Selon la loi, elle peut compter en son sein jusqu'à 60.000 hommes.


Retrouvez cet article sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles