Publicité

Guerre en Ukraine : les 27 pays de l’UE parviennent à un accord pour une aide militaire de 50 milliards à Kiev

Les dirigeants des 27 pays membres de l’UE, parmi lesquels Emmanuel Macron, Giorgia Meloni et Viktor Orban (ici à Bruxelles ce jeudi 1er février) ont approuvé une aide militaire de 50 milliads d’euros pour l’Ukraine.
LUDOVIC MARIN / AFP Les dirigeants des 27 pays membres de l’UE, parmi lesquels Emmanuel Macron, Giorgia Meloni et Viktor Orban (ici à Bruxelles ce jeudi 1er février) ont approuvé une aide militaire de 50 milliads d’euros pour l’Ukraine.

UNION EUROPEENNE - La levée d’un veto qui donne de l’oxygène à Kiev face à l’invasion russe. Les dirigeants des 27 pays membres de l’UE ont approuvé, ce jeudi 1er février lors d’un sommet extraordinaire réuni à Bruxelles, une aide militaire de 50 milliards d’euros pour l’Ukraine. Celle-ci était jusque-là bloquée par le Premier ministre hongrois Viktor Orban.

Guerre en Ukraine : Trois Russes exilés à Paris nous racontent comment ils imaginent le futur pour leur pays

« Unité. L’ensemble des 27 dirigeants se sont mis d’accord sur une enveloppe supplémentaire de 50 milliards d’euros pour soutenir l’Ukraine dans le cadre du budget de l’UE », a écrit le président du Conseil européen Charles Michel sur X dès le début de la réunion. « Cet accord garantit un financement stable, prévisible et à long terme pour l’Ukraine », s’est félicité le responsable belge.

« Nous avions peur que les fonds dus aux Hongrois et actuellement gelés par la Commission européenne finissent en Ukraine », a réagi dans une vidéo diffusée sur son compte Facebook Viktor Orban. Or « nous avons reçu la garantie » que ce ne serait pas le cas, a-t-il ajouté sans plus de détails, saluant aussi la mise en place d’un « mécanisme de contrôle » sur l’utilisation de l’argent par Kiev.

L’Ukraine a désespérément besoin d’aide pour maintenir à flot son économie, alors qu’une enveloppe d’aide américaine est bloquée au Congrès.

La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, s’est elle réjouit d’un « bon jour pour l’Europe ». L’accord est une preuve de la « forte unité » des Vingt-Sept, a insisté le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui s’est adressé par visioconférence aux dirigeants européens.

L’aide européenne destinée à l’Ukraine (33 milliards de prêts et 17 milliards de dons sur quatre ans) est incluse dans une rallonge au budget de l’UE jusqu’en 2027. Ce budget européen révisé sera voté plus tard dans le mois au Parlement européen.

La fin d’un long bras de fer avec la Hongrie

Le sommet avait été précédé d’une réunion autour de Viktor Orban rassemblant le président français Emmanuel Macron, la cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni, ainsi qu’Ursula von der Leyen et Charles Michel, pour trouver un compromis avec le dirigeant nationaliste.

« C’est un signal important adressé à l’Ukraine que l’UE se tient derrière vous sur le long terme, jusqu’à la victoire », a réagi la Première ministre estonienne Kaja Kallas.

Le compromis trouvé prévoit que soit rédigé chaque année un rapport de la Commission européenne sur l’utilisation des fonds par l’Ukraine, et la possibilité pour les dirigeants dans deux ans, si besoin et à l’unanimité, de demander un réexamen de l’aide.

La Hongrie réclamait de pouvoir procéder à une révision annuelle de ce soutien mais les autres pays de l’UE ne voulaient surtout pas lui donner de telles occasions réitérées d’opposer son veto.

Viktor Orban « a lâché du lest (...) il a vu qu’il y avait de l’irritation, qu’il y avait une limite à ne pas franchir », a commenté un diplomate européen sous couvert d’anonymat.

Le dirigeant hongrois, seul parmi les Vingt-Sept à avoir maintenu des liens étroits avec Moscou après le lancement de l’invasion de l’Ukraine il y a près de deux ans, avait suscité la colère et l’exaspération de ses homologues réunis en décembre dernier en s’opposant à ce soutien financier.

Il a été accusé à Bruxelles de faire du chantage à l’UE pour obtenir le déblocage de fonds européens destinés à son pays mais gelés par la Commission européenne en raison des manquements à l’État de droit reprochés à Budapest.

À voir également sur Le HuffPost :

Guerre en Ukraine : Zelensky fait enrager Poutine avec une liste de régions « historiquement » habitées par des Ukrainiens

Guerre en Ukraine : ces habitantes de Lviv souhaitent la paix en 2024, même si « ça ne sert à rien d’espérer » avec Poutine