Publicité

Guerre Israël-Hamas : 10 otages israéliens relâchés en échange de 30 prisonniers palestiniens, dont Ahed Tamimi

La trêve entre Israël et le Hamas entre dans ses dernières heures ce jeudi à l’aube, les médiateurs accélérant les efforts pour obtenir une nouvelle prolongation.

Guerre Israël-Hamas : un « sixième groupe » d’otages israéliens relâché ce mercredi (Photo de l’accueil des Israélliens à l’arrivée des otages relachés le 29 novembre 2023)
MENAHEM KAHANA / AFP Guerre Israël-Hamas : un « sixième groupe » d’otages israéliens relâché ce mercredi (Photo de l’accueil des Israélliens à l’arrivée des otages relachés le 29 novembre 2023)

INTERNATIONAL - Un dernier échange avant la reprise des hostilités ? À quelques heures de l’expiration prévue de la trêve dans la guerre entre Israël et le Hamas, une source proche du Hamas a indiqué ce mercredi 29 novembre au soir à l’AFP que le mouvement islamiste palestinien avait remis un « sixième groupe » d’otages israéliens au Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Ceci en échange de 30 prisonniers palestiniens, dont la jeune militante Ahed Tamimi.

Guerre Israël-Hamas : où est Kfir Bibas, âgé de 10 mois, le plus jeune des disparus après l’attaque du 7 octobre ?

Le Qatar a annoncé dans la soirée que parmi les dix otages, cinq sont binationaux : un Néerlandais, trois Allemands, un Américain. Deux citoyens russes et quatre citoyens thaïlandais ont également été libérés en dehors de l’accord.

Vers 23h, heure de Paris, la télévision égyptienne a annoncé que les otages étaient bien arrivés en Égypte. Ceci alors qu’aucun accord n’a encore été trouvé ce jeudi au petit matin pour prolonger la trêve entre les deux camps.

La militante Ahed Tamimi parmi les prisonniers libérés

En échange, 30 Palestiniens, dont 16 mineurs et 14 femmes, ont été libérés par Israël. Parmi eux figure Ahed Tamimi, une militante de 22 ans devenue une figure-clé pour les Palestiniens défiant l’occupation israélienne.

Elle avait été arrêtée pour une publication sur Instagram, que selon sa famille elle n’a jamais effectuée, et qui selon des sources israéliennes appelait au massacre des Israéliens et faisait référence à Hitler.

Ahed Tamimi, une militante de 22 ans devenue une figure-clé pour les Palestiniens défiant l’occupation israélienne, fait partie des prisonniers palestiniens libérés par Israël
JOHN MACDOUGALL / AFP Ahed Tamimi, une militante de 22 ans devenue une figure-clé pour les Palestiniens défiant l’occupation israélienne, fait partie des prisonniers palestiniens libérés par Israël

Sa mère Narimane, dont le mari a également été arrêté, a affirmé qu’Ahed n’était pas à l’origine de cette publication et qu’elle n’était même pas la possibilité d’ouvrir un compte sur les réseaux sociaux.

Chaque soir depuis vendredi, une dizaine d’otages israéliens, tous des femmes et des enfants, sont relâchés par le Hamas dans la bande de Gaza. En contrepartie, trois fois plus de détenus palestiniens, également des femmes et des jeunes de moins de 19 ans, sont libérés de prisons israéliennes.

Le Hamas pas « satisfait » des propositions d’Israël pour poursuivre la trêve

Entrée en vigueur le 24 novembre pour initialement quatre jours, la trêve a été prolongée ensuite jusqu’à jeudi 05H00 GMT. Une source proche du Hamas a indiqué mercredi que le mouvement islamiste était « d’accord » pour la prolonger « de quatre jours » supplémentaires et de libérer de nouveaux otages israéliens.

Mais en soirée, une source au sein du Hamas a affirmé que le mouvement palestinien jugeait « insatisfaisantes » les propositions israéliennes pour une prolongation de la trêve.

Arrivé dans la nuit de mercredi à jeudi à Tel Aviv, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken doit avoir des entretiens jeudi en Israël et en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967 et où siège l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, rival du Hamas. « Nous souhaiterions voir la pause (dans les combats) prolongée », a affirmé Antony Blinken à Bruxelles. Cette prolongation « signifie plus d’otages qui rentrent chez eux, plus d’aide ».

Par ailleurs, dans le même temps ce mercredi soir, Benjamin Netanyahu a confirmé sans détour sur X que les combats reprendront après la « phase de rapatriement » des otages.

« Ces derniers jours, j’entends une question : Israël reprendra-t-elle les combats une fois épuisée cette phase de rapatriement de nos personnes enlevées ? Ma réponse est donc sans équivoque : oui. Il est impossible que nous ne reprenions pas le combat jusqu’au bout. Telle est ma politique, le cabinet tout entier la soutient, le gouvernement tout entier la soutient, les soldats la soutiennent, le peuple la soutient - et c’est exactement ce que nous ferons », a-t-il écrit.

Le Hamas prêt à échanger tous les soldats israéliens contre tous les prisonniers palestiniens

L’accord de trêve a déjà permis la libération au total d’au moins 60 otages israéliens, tous des civils, et de 180 détenus palestiniens. En outre, 23 autres otages, en majorité des Thaïlandais vivant en Israël, ont été libérés hors du cadre de cet accord.

Depuis le 24 novembre, le Hamas a relâché chaque jour une dizaine de femmes et d’enfants, contre la libération de trois fois plus de prisonniers palestiniens.

Mardi, dix otages israéliens et deux Thaïlandais ont été libérés, de même que 30 prisonniers palestiniens. Le Hamas a dit détenir la majorité des quelque 240 otages. Les autres sont aux mains d’autres groupes armés palestiniens à Gaza.

Dans la soirée, le Hamas s’est dit prêt à échanger tous les soldats israéliens détenus contre tous les prisonniers palestiniens.

VIDÉO - Otages : Israël "vérifie" la mort d'un bébé, de son frère et de sa mère annoncée par le Hamas

À voir également sur Le HuffPost :

  

Dans la bande de Gaza, ces images de drones montrent l’ampleur de la crise humanitaire

Gaza : le Dixmude, porte-hélicoptères français, a accueilli de premiers blessés