Publicité

Guerre Israël-Hamas : Lula accuse à nouveau de « génocide » l’État d’Israël en pleine crise diplomatique

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, ici en photo le 9 mai 2023 à Brasilia
EVARISTO SA / AFP Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, ici en photo le 9 mai 2023 à Brasilia

BRESIL - Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a persisté ce vendredi 23 février à accuser Israël de « génocide » envers les Palestiniens à Gaza, après avoir récemment déclenché une crise diplomatique en comparant l’offensive israélienne contre le Hamas à la Shoah.

« Ce que l’État d’Israël est en train de faire, ce n’est pas une guerre, c’est un génocide, car il est en train de tuer des femmes et des enfants », a lancé Lula lors d’une cérémonie à Rio de Janeiro, après avoir été déclaré lundi « persona non grata » par Israël pour avoir tenu ces mêmes propos.

Le dirigeant brésilien, qui réagissait pour la première fois depuis la polémique lancée par sa comparaison de l’offensive israélienne à l’Holocauste nazi, a maintenu sa position, soulignant à plusieurs reprises le terme de « génocide ».

« C’est un génocide »

« C’est un génocide. Ce sont des milliers d’enfants morts et des milliers de disparus. Ce ne sont pas des soldats qui meurent, ce sont des femmes et des enfants à l’hôpital. Si cela n’est pas un génocide, je ne sais pas ce qu’est un génocide », a à nouveau martelé Lula.

Ses premières déclarations avaient immédiatement entraîné une vive réaction du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, qui dénonçait des propos « honteux et graves ». Il avait même été jusqu’à dire que Lula avait « déshonoré la mémoire de 6 millions de juifs tués par les nazis ».

Dans la foulée, les ambassadeurs brésilien en Israël et israélien au Brésil avaient tous les deux été convoqués, avant que le président Lula soit déclaré « persona non grata ». Les nouvelles déclarations du chef d’État brésilien ne devraient pas dénouer cette brouille diplomatique.

À voir également sur Le HuffPost :

Aux César 2024, un pin’s rouge en soutien aux Palestiniens arboré par certaines personnalités

Eurovision : La chanson choisie par Israël va peut-être lui coûter sa place