Publicité

Guerre Israël-Hamas : Ce que l’on sait des otages toujours détenus à Gaza

Une proposition de pause humanitaire à Gaza et de libération d’otages est en discussion entre le Hamas et Israël, selon une déclaration du médiateur qatari jeudi 1er février.

GAZA - Un motif d’espoir pour des centaines de familles dans l’attente. Une proposition de pause humanitaire à Gaza en échange de la libération d’otages est en discussion entre le Hamas et Israël, a confirmé jeudi 1er février un médiateur du Qatar. Il a ajouté que l’organisation islamiste la regarde avec intérêt mais elle n’a pas encore confirmé son accord.

Face à la guerre à Gaza ou en Ukraine, ils livrent leurs espoirs de paix pour 2024 - DOSSIER

Selon l’AFP, le Hamas a évoqué une proposition portant sur trois phases : une trêve de six semaines durant laquelle Israël devra libérer entre 200 et 300 prisonniers palestiniens en échange de 35 à 40 otages détenus à Gaza, et 200 à 300 camions d’aide pourront entrer chaque jour dans le territoire palestinien.

Mais où en sont les otages israéliens à Gaza, alors que les nouvelles à leur sujet se font assez rares ces dernières semaines ?

132 otages à Gaza et 29 dépouilles non rendues aux familles

Environ 250 personnes ont été enlevées et emmenées dans la bande de Gaza le jour de l’attaque terroriste du Hamas le 7 octobre. Parmi eux, une centaine a été libérée fin novembre lors d’une première trêve, en échange de prisonniers palestiniens détenus par Israël.

À ce jour, selon les autorités israéliennes, 132 otages restent détenus à Gaza. Parmi eux, 27 ont été déclarés morts par l’armée. Selon l’AFP qui a fait son propre décompte, le nombre de dépouilles d’otages israéliens détenus à Gaza serait de 29.

À la mi-janvier, la branche militaire du Hamas a affirmé que « beaucoup » d’otages « ont probablement été tués récemment » et a imputé « la pleine responsabilité » de leur sort à Israël. « Le sort de nombreux otages est inconnu depuis les semaines récentes, et les autres sont tous entrés dans le tunnel de l’inconnu » a déclaré Abou Obeida, porte-parole de la branche armée du Hamas dans une allocution télévisée, ajoutant que « beaucoup d’entre eux ont probablement été tués récemment et les autres sont en grand danger », ce dont « la direction de l’ennemi et de son armée porte la pleine responsabilité » .

Difficile donc de connaître à l’heure actuelle le nombre précis d’otages vivants détenus à Gaza.

Trois Français toujours parmi les otages

La majorité des otages restants sont des Israéliens ou des binationaux, et des hommes. À l’instar de trois Français :

  • Le Franco-israélien Ohad Yahalomi, habitant du kibboutz de Nir Oz âgé de 49 ans. Il avait été enlevé en même temps que son fils Eitan, libéré fin novembre par le Hamas.

  • Le Franco-israélien Ofer Kalderon, père d’Erez et Sahar, deux enfants âgés de 12 et 16 ans également libérés en novembre.

  • Le Franco-mexicain Orión Hernández Radoux, trentenaire kidnappé au festival « Tribe of Nova ».

Huit Américains restent en captivité à Gaza, selon John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche. Dix des otages restants sont des ressortissants étrangers, selon Israël. Le porte-parole du gouvernement israélien avait évoqué la répartition des otages comme étant huit citoyens thaïlandais et un Népalais.

Des otages de 4 à 70 ans

Les seuls enfants figurant sur la liste des otages restants d’Israël sont Kfir Bibas, âgé de 9 mois lorsqu’il a été enlevé, et son frère de 4 ans, Ariel. Israël a déclaré qu’il évaluait les affirmations du Hamas selon lesquelles les enfants Bibas et leur mère, Shiri, avaient été tués, souligne le Washington Post.

L’otage la plus âgée serait Judith Haggaï, une ancienne enseignante de 70 ans. Son époux Gadi Haggaï, 73 ans, « a été tué le 7 octobre au kibboutz. Son corps a été ramené par les terroristes dans la bande de Gaza où il est retenu », a indiqué le kibboutz Nir Oz dans un communiqué.

Dernière annonce concernant la mort d’un policier israélien

La dernière déclaration en date concernant un otage a été faite le 31 janvier. La police israélienne a annoncé la mort d’un policier porté disparu depuis le 7 octobre ; les autorités ont obtenu confirmation qu’il a été tué le jour de l’attaque et que son corps était détenu par un groupe armé dans la bande de Gaza.

C’est son décès qui porte à 29 le nombre d’otages décédés détenus à Gaza. Deux semaines auparavant, le Hamas annonçait également la mort de deux otages dans une vidéo, Yossi Sharabi et Itay Svrisky.

À voir également sur Le HuffPost :

À Gaza, paralyser l’Unrwa serait « complètement irresponsable », alertent les ONG en pleine guerre

Guerre Israël - Hamas : des familles demandent à Macron d’« interdire » LFI à l’hommage national aux victimes

VIDÉO - Israël : le gouvernement pressé par les familles d'otages de trouver un accord de cessez-le-feu