Publicité

Guerre Israël-Hamas: "horrifié", le chef de l'ONU "condamne avec force" la frappe sur un hôpital de Gaza

Le chef de l'ONU Antonio Guterres s'est dit mardi soir "horrifié" par les "centaines de civils palestiniens tués dans une frappe" sur un hôpital de Gaza qu'il a "condamnée avec force", mais sans en imputer la responsabilité.

"Mon coeur est avec les familles des victimes. Les hôpitaux et le personnel médical sont sous la protection du droit humanitaire international", a tonné le secrétaire général des Nations unies sur son compte X, anciennement Twitter.

Au moins 200 morts

Le secrétaire général, qui doit se rendre jeudi en Egypte frontalière de la bande de Gaza, a également "condamné" dans un communiqué de son porte-parole la mort "d'au moins six personnes" qui s'étaient abritées dans une école gérée par l'agence de l'ONU pour les réfugiés (UNRWA) dans le territoire, tuées mardi dans un raid israélien.

Au moins 200 personnes ont été tuées mardi soir dans un tir sur l'enceinte d'un hôpital de la ville de Gaza, suscitant de vives réactions à l'étranger au onzième jour de la guerre déclenchée par l'attaque sans précédent du mouvement palestinien Hamas contre Israël.

Le mouvement islamiste au pouvoir à Gaza a accusé Israël d'être à l'origine de cette frappe, imputée par l'armée israélienne à un tir de roquette du Jihad islamique, autre groupe armé palestinien, tombé sur l'hôpital.

Article original publié sur BFMTV.com