Publicité

Guerre Israël-Hamas : Dans la bande de Gaza, Tsahal étend son offensive et envahit le sud

Des Palestiniens à Rafah après une frappe de l’armée israélienne le 4 décembre 2023.
MOHAMMED ABED / AFP Des Palestiniens à Rafah après une frappe de l’armée israélienne le 4 décembre 2023.

PROCHE-ORIENT - C’est un tournant dans la guerre entre Israël et le Hamas. L’armée israélienne Tsahal a annoncé ce lundi 4 décembre étendre ses opérations « dans l’ensemble de la bande de Gaza », quatre jours après la fin de la trêve qui a permis la libération d’une centaine d’otages en échange de prisonniers palestiniens.

Guerre Israël-Hamas : l’espoir d’une nouvelle trêve à Gaza s’éloigne avec la reprise des combats

Des dizaines de chars, de transports de troupes et de bulldozers israéliens sont entrés dans le sud de Gaza, au niveau de la grande ville de Khan Younès, ont indiqué des témoins à l’AFP. Amine Abou Hola, 59 ans, a raconté que ces véhicules étaient entrés « sur une profondeur de deux kilomètres », dans le village d’al-Qarara, au nord-est de Khan Younès.

« Des chars sont entrés par le checkpoint frontalier militaire de Kissoufim vers l’ouest (...), ils sont maintenant massés dans le secteur d’Abou Hole à l’ouest de la route Salaheddine », a-t-il ajouté. « Les chars sont désormais sur la route Salaheddine », qui traverse du nord au sud la bande de Gaza, a ajouté Moaz Mohammed, 34 ans.

La bande de Gaza entourée d’Israël et de l’Égypte.
AFP La bande de Gaza entourée d’Israël et de l’Égypte.

« L’armée opère partout où le Hamas a des bastions », a justifié dès dimanche soir son porte-parole, Daniel Hagari. Israël réaffirme par cette nouvelle offensive son intention de « détruire » le groupe islamiste responsable des attaques du 7 octobre et étend celle qui a débuté dans le nord de Gaza le 27 octobre.

En parallèle, Tsahal a lancé ce lundi des opérations dans différents secteurs de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967, notamment à Jénine, où une trentaine de véhicules militaires ont été déployés, selon l’agence palestinienne Wafa.

Khan Younès pilonnée

Dans le sud de la bande de Gaza, les frappes ont visé massivement depuis vendredi Khan Younès et a affirmé ce lundi agir « avec force » dans cette ville du sud de Gaza. Dans cette zone, chaque jour l’armée avertit dans des tracts largués sur certains quartiers qu’une « terrible attaque est imminente », et ordonne aux habitants d’en partir. Dimanche, des habitants ont fui la ville, à pied, entassés dans des charrettes ou en voiture, leurs affaires empilées sur le toit, selon des images de l’AFP.

Depuis le début de la guerre, des centaines de milliers d’habitants de la bande de Gaza se sont massés dans le sud, fuyant les combats ou répondant aux injonctions de l’armée israélienne. Alors que la plupart des hôpitaux du nord sont hors service, ceux du sud sont débordés par le nombre de blessés, sans électricité, et leurs réserves de carburant pour faire tourner les générateurs presque à sec.

À l’hôpital Nasser de Khan Younès, le plus grand du sud de Gaza, de nouveaux blessés et de nouveaux corps, parfois sans personne pour les identifier, affluent après chaque explosion. « Les mots me manquent pour décrire les horreurs qui frappent les enfants ici », a déclaré dimanche dans une vidéo James Elder, un porte-parole de l’Unicef présent à l’hôpital Nasser.

10 000 frappes sur Gaza

Tsahal a annoncé dimanche avoir mené « environ 10 000 frappes aériennes » sur Gaza depuis le début de la guerre. Ces frappes ont détruit ou endommagé plus de la moitié des habitations, selon l’ONU dont le secrétaire général, Antonio Guterres, a évoqué « une catastrophe humanitaire monumentale ».

Le ministère de la Santé du Hamas a affirmé dimanche que 15 523 personnes parmi lesquelles 70 % de femmes et d’enfants ont été tuées depuis le début des bombardements israéliens sur la bande de Gaza. En Israël, l’attaque a fait 1 200 morts, en majorité des civils, selon les autorités.

À voir également sur Le HuffPost :

Le prix de l’or a battu son record sur fond de guerre au Proche-Orient et de baisse des taux aux États-Unis

Susan Sarandon s’excuse après ses propos controversés sur les juifs américains : « je regrette profondément »