Publicité

Guerre Israël-Hamas : au 4e (et dernier) jour de trêve, le décompte des otages et prisonniers libérés

Une trêve humanitaire de quatre jours, renouvelable, est entrée en vigueur vendredi matin après un accord entre Israël et le Hamas, conclu sous l’égide du Qatar, de l’Égypte et des États-Unis.

INTERNATIONAL - La trêve entre Israël et le Hamas en arrive à son quatrième jour, ce lundi 27 novembre. Cette pause humanitaire renouvelable est entrée en vigueur vendredi matin après un accord entre les deux camps, conclu sous l’égide du Qatar, de l’Égypte et des États-Unis.

Elle prévoit au total la libération de 50 otages retenus dans la bande de Gaza en échange de 150 Palestiniens détenus dans des prisons israéliennes, ainsi que l’entrée quotidienne d’aide à Gaza. Les otages israéliens concernés sont uniquement des femmes et des enfants. Les détenus palestiniens sont des femmes et des jeunes de moins de 19 ans.

Le HuffPost fait le point sur les libérations au cours des trois premiers jours de l’accord.

3e échange otages-prisonniers

Vendredi, au premier jour de la trêve, 24 otages ont été libérés par le Hamas. 13 Israéliens, ainsi que dix Thaïlandais et un Philippin dont la libération ne faisait pas partie de l’accord entre Israël et le Hamas. En échange, 39 Palestiniens ont été relâchés par l’État hébreu.

Le lendemain, samedi, 17 otages ont recouvré la liberté : 13 Israéliens et quatre Thaïlandais, toujours en marge de l’accord, en échange de 39 Palestiniens.

Enfin, dimanche, 17 otages sont revenus en Israël, dont 13 dans le cadre de l’accord. Il s’agit de quatre femmes et neuf enfants, parmi lesquels une fillette israélo-américaine de quatre ans prénommée Abigail, dont Joe Biden a confirmé la libération. Il s’agit de la première ressortissante états-unienne libérée.

Selon le Qatar, l’une des otages est Sud-Africaine et deux ont également la nationalité hongroise. Dix des treize otages sont membres de trois familles.

Parmi les quatre autres otages qui ont recouvré la liberté figurent trois Thaïlandais, ainsi qu’un Russo-Israélien qui ne faisaient pas partie de l’accord. Le Hamas a dit avoir libéré l’otage russe « en réponse » au « soutien à la cause palestinienne » du président russe Vladimir Poutine. En contrepartie, Israël a annoncé avoir libéré 39 prisonniers palestiniens.

Accords avec la Thaïlande

La libération de nombreux Thaïlandais en marge de l’accord s’explique par des négociations établies pendant plusieurs semaines entre Bangkok et le Hamas pour libérer leurs ressortissants, présents en très grand nombre parmi les otages du mouvement islamiste palestinien faits le 7 octobre.

Ceci s’explique notamment par le nombre important d’ouvriers thaïlandais en Israël. Comme le souligne Le Figaro, la Thaïlande a mis en avant sa neutralité sur le conflit israélo-palestinien, soulignant que le pays a reconnu l’État palestinien en 2012.

Le 16 novembre, le gouvernement thaïlandais a reçu l’assurance du Hama que 25 de ses ressortissants retenus en otage par le mouvement islamiste palestinien étaient « saufs » et qu’ils « retourneraient bientôt dans leur patrie », avaient annoncé un responsable politique thaïlandais.

Prolongation de la trêve ?

Une source proche du Hamas a indiqué à l’AFP que le mouvement islamiste palestinien avait « informé les médiateurs » qataris et égyptiens que les groupes armés retenant des otages israéliens étaient « d’accord pour prolonger la trêve actuelle de deux à quatre jours ».

Ces mouvements palestiniens « pensent qu’il est possible d’assurer la libération de 20 à 40 prisonniers israéliens » supplémentaires. Israël a affirmé de son côté qu’au-delà des quatre jours, la libération de « dix otages supplémentaires » conduirait à « une journée supplémentaire de pause ».

Netanyahu à Gaza

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui s’est rendu dimanche dans la bande de Gaza, a affirmé que l’offensive israélienne s’y poursuivra « jusqu’à la victoire ». L’armée y a lancé le 27 octobre une opération terrestre. La présence du dirigeant est une première pour un chef de gouvernement israélien depuis le retrait unilatéral d’Israël du territoire palestinien en 2005.

Au total, 248 camions d’aide humanitaire sont arrivés à Gaza depuis vendredi, selon l’ONU, dont 61 véhicules qui ont acheminé du matériel médical, de la nourriture et de l’eau dans le nord du territoire.

Lire sur le HuffPost

À voir également sur Le HuffPost :

Guerre Israël-Hamas : qui sont les huit otages ou disparus français dont les familles espèrent la libération

Trêve à Gaza : comment l’Iran s’est retrouvé en première ligne pour la libération des otages thaïlandais

VIDÉO - Dernier jour prévu de la trêve Hamas/Israël, discussions pour la prolonger