Publicité

Guerre Israël - Hamas : à Gaza, ces cinq Français sont toujours portés disparus

Trois mineurs ont été relâchés par le Hamas ce lundi soir, mais cinq Français demeurent introuvables. Parmi eux, Mia Schem, dont une vidéo avait permis de confirmer le statut d’otage.

Après la libération de trois franco israéliens, cinq Français sont toujours portés disparus à Gaza, a tenu a rappelé le gouvernement ce mardi 28 novembre. (Sur la photo, la mère de Mia Schem, otage française du Hamas tient une photo de sa fille.)
RONEN ZVULUN / REUTERS Après la libération de trois franco israéliens, cinq Français sont toujours portés disparus à Gaza, a tenu a rappelé le gouvernement ce mardi 28 novembre. (Sur la photo, la mère de Mia Schem, otage française du Hamas tient une photo de sa fille.)

INTERNATIONAL - Du soulagement, mais toujours de l’inquiétude, après la libération de franco israéliens. Trois mineurs âgés de 12 à 16 ans, Eitan, Erez et Sahar, ont été relâchés par le Hamas ce lundi 27 novembre au soir, à la faveur d’une trêve prolongée entre Israël et le mouvement au pouvoir à Gaza. Mais cinq Français sont toujours portés disparus.

« Extrêmement heureux » de cette annonce, a écrit Emmanuel Macron ce lundi soir sur X (ex-Twitter), tout en réaffirmant la mobilisation de la France pour libérer « tous les otages ». Sur le même ton, le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a indiqué ce mardi matin sur franceinfo que « les premières pensées sont immédiatement pour les cinq ressortissants français qui manquent à l’appel. »

  • Les deux pères des enfants libérés

Parmi les cinq ressortissants qui restent introuvables figurent les deux pères des trois enfants libérés lundi, rappelle Le Parisien. Il s’agit de Ofer Kalderon, 53 ans, et Ohad Yahalomi, 49 ans, qui vivaient tous deux dans le kibboutz de Nir Oz. « C’est une joie qui est incomplète », a réagi à ce propos Patrick Klugman, avocat des familles de disparus français, car Ofer, le père d’Erez et Sahar, « à cette heure restent aux mains du Hamas ».

  • Mia Schem, enlevée lors d’un festival de musique

Le nom de Mia Schem, 21 ans, enlevée le 7 octobre alors qu’elle participait au festival de musique électronique Supernova dans le sud d’Israël, est aussi inscrit dans la liste des disparus. Le Hamas avait diffusé, mi-octobre, une vidéo de la jeune femme, blessée au bras. Emmanuel Macron avait réclamé sa « libération immédiate ». C’est la seule Française dont le statut d’otage a été confirmé, souligne Le Parisien.

  • Eliya Toledano, un ami de Mia Schem

Eliya Toledano participait au même festival de musique que Mia lorsqu’il a été kidnappé et emmené à Gaza, selon son frère qui a témoigné au micro de BFMTV. Le jeune homme a fêté ses 28 ans, le 22 novembre, en captivité.

  • Orion Hernandez Radoux, petit ami de Shani Louk

Le dernier homme disparu est Orion Hernandez Radoux, qui lui aussi aurait été enlevé par le groupe terroriste au festival Supernova. Le franco-mexicain était le petit ami de Shani Louk, une germano-israélienne tuée par le Hamas, indique Le Point. Des messages écrits en arabe ont été envoyés depuis son téléphone à sa famille, rapporte The Times of Israël : « La Palestine sera libérée, et Jérusalem sera la capitale de la Palestine, et la Palestine sera libre… ».

Alors que la trêve entre le Hamas et Israël a été prolongée de deux jours, de nouveaux otages doivent être libérés ce mardi, en échange de prisonniers palestiniens. Le gouvernement israélien a reçu la liste de dix otages devant être libérés dans la journée, selon des médias israéliens, mais on ne sait pas encore si les cinq Français encore disparus y figurent.

VIDÉO - La trêve de Gaza, un répit avant la reprise des combats ?

À voir également sur Le HuffPost :

  

Dominique de Villepin, accusé d’antisémitisme après ses mots dans « Quotidien », répond

Trêve à Gaza : Elon Musk en Israël pour rencontrer Isaac Herzog et parler antisémitisme en ligne