Publicité

Guerre Israël-Hamas : le chef de l'ONU "regrette profondément" la reprise des hostilités à Gaza

Antonio Guterres a estimé vendredi que "la reprise des hostilités ne fait que montrer combien il est important d'avoir un véritable cessez-le-feu humanitaire", quelques heures après la reprise des bombardements de l'armée israélienne sur le territoire palestinien.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, "regrette profondément" la reprise des opérations militaires à Gaza après plusieurs jours de trêve, dans un message publié ce vendredi 1er décembre sur X (ex-Twitter).

"J'espère toujours qu'il sera possible de renouveler la pause qui a été instaurée. La reprise des hostilités ne fait que montrer combien il est important d'avoir un véritable cessez-le-feu humanitaire", a ajouté Antonio Guterres, quelques heures après la reprise des bombardements de l'armée israélienne sur le territoire palestinien.

Israël accuse le Hamas d'avoir "violé l'accord"

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accusé le Hamas d'avoir "violé l'accord" qui avait débouché sur une trêve humanitaire de plusieurs jours. Elle a permis la libération de plusieurs dizaines d'otages qui étaient détenus à Gaza depuis la sanglante attaque du Hamas en Israël de 7 octobre. L'accord prévoyait également la libération de prisonniers palestiniens en Israël et un accroissement significatif de l'aide humanitaire entrant dans Gaza.

De son côté, le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) a dénoncé "ceux qui ont décidé que la tuerie des enfants pouvait reprendre". "L'inaction est, par essence, un feu vert donné à la tuerie des enfants", a affirmé le porte-parole de l'Unicef, James Elder, à des journalistes à Genève via une liaison vidéo depuis Gaza.

"Il est irresponsable de penser que de nouvelles attaques sur le peuple de Gaza puissent conduire à autre chose qu'un carnage", a-t-il ajouté.

"C'est l'humanité qui abandonne"

"Il est profondément troublant d'entendre comment certains ont pu ignorer la mort tragique de ces enfants et maintenant ils semblent se satisfaire de la reprise des horreurs - des attaques", a accusé le porte-parole, qui se trouve à Gaza depuis plusieurs jours.

"Accepter le sacrifice des enfants de Gaza, c'est l'humanité qui abandonne", a-t-il poursuivi.

L'attaque menée par le Hamas en Israël le 7 octobre a fait 1 200 morts, en majorité des civils, selon les autorités israélienne. Selon les autorités du Hamas, qui contrôlent la bande de Gaza, la riposte israélienne à l'attaque du 7 octobre a fait plus de 15 000 morts dont au moins 6 150 enfants et jeunes de moins de 18 ans.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - "Je ne voyais pas devant moi et je n'arrivais pas à respirer" : un Gazaoui raconte comment un tir de roquette a détruit son quartier