Publicité

Guerre Hamas-Israël : rencontre tendue entre Netanyahou et des proches d’otages israéliens

Les familles d'otages ont rencontré une nouvelle fois mardi après-midi Netanyahou et son cabinet à Herzliya, près de Tel-Aviv, dans une ambiance tendue.  - Credit:MAYA ALLERUZZO / POOL / AFP
Les familles d'otages ont rencontré une nouvelle fois mardi après-midi Netanyahou et son cabinet à Herzliya, près de Tel-Aviv, dans une ambiance tendue. - Credit:MAYA ALLERUZZO / POOL / AFP

Ils n'en peuvent plus. Les proches des otages encore retenus par les terroristes du Hamas ont fait appel à l'aide internationale pour obtenir la libération des leurs au 60e jour de leur captivité, marquée par une nouvelle rencontre mouvementée avec le Premier ministre Benyamin Netanyahou, mardi après-midi. « 60 jours, c'est trop ! » ont-ils clamé.

« Ce qui était censé être un très beau shabbat, samedi [7 octobre], est devenu un horrible enfer pour lui, pour nous », a déclaré Iris Haim, la mère de Yotam, 28 ans, un musicien qui a été kidnappé avant de se rendre au festival de musique Tribe of Nova, auquel participaient plus de 3 000 personnes, le jour de l'attaque du mouvement islamiste palestinien Hamas le 7 octobre.À LIRE AUSSI Hamas-Israël, la guerre des nerfsDans les messages vocaux et les SMS adressés à sa famille, ce batteur de heavy metal qui devait se produire lors du festival était au départ « très calme », a déclaré sa mère, lors d'une table ronde en ligne organisée par le Forum des familles, regroupant des proches d'otages. Mais la peur de Yotam Haim a grandi, à mesure que l'attaque se révélait de grande ampleur et que sa maison a pris feu au kibboutz Kfar Aza, dans le sud d'Israël, lors de l'attaque du Hamas.

« Pendant une demi-heure, il a demandé de l'aide », confie sa mère. « S'il vous plaît, s'il vous plaît, envoyez quelqu'un, je n'ai pas d'air, je ne peux pas respirer », a-t-il imploré selon elle. Iris Haim s'est rendue à l'étranger pour ras [...] Lire la suite