Guerre. Les États-Unis entament la dernière phase de leur retrait d’Afghanistan

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

L’armée américaine a officiellement lancé, samedi 1er mai, la dernière phase de son retrait d’Afghanistan, après 20 ans d’une “guerre sans fin».

C’est “un moment peu glorieux” pour les Américains et leurs alliés, qui “laissent derrière eux un travail inachevé”, estime The Independent dans un éditorial. “L’invasion n’avait certes pas pour but d’‘édifier une nation’. Elle était avant tout une expédition punitive visant à anéantir les talibans après les attentats du 11-Septembre”.

“Mais au final, ils abandonnent le pays dans un état pire encore qu’en 2001, avec des talibans prêts à faire leur grand retour”, ajoute le quotidien britannique.

Le discours officiel américain est évidemment bien différent, observe la BBC. “Le président américain Joe Biden estime que le retrait des troupes est justifié car les forces américaines ont veillé à ce que le pays ne puisse plus servir de base à des jihadistes étrangers pour planifier des attaques contre l’Occident”.

Il aura fallu pour cela “une guerre sans fin” de 20 ans – selon les mots de Joe Biden – ayant coûté la vie à plus de 2 000 soldats américains et plusieurs dizaines de milliers de civils afghans, pour une facture totale de plus de 1 000 milliards de dollars.

Pour Axios, le retrait des 2 500 soldats américains encore déployés en Afghanistan constitue “la plus grande surprise des 100 premiers jours de Joe Biden à la présidence, en matière de politique étrangère”, et la décision est loin d’avoir fait l’unanimité dans l’entourage du président.

Scénario catastrophe

“Les responsables du Pentagone auraient plaidé contre

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :