Guadeloupe: les antipasses quittent Conseil Régional

·2 min de lecture

Des manifestants antipasses sanitaires sont entrés de force jeudi en fin de matinée à l'issue d'une séance plénière des élus dans l'hémicycle à Basse-Terre. Ils ont fini par quitter l'enceinte vendredi dans la journée.

Les manifestants anti-pass sanitaire qui occupaient depuis jeudi le Conseil régional de Guadeloupe, un des départements français d'outre-mer secoués par une crise sociale liée au Covid-19, ont quitté les lieux vendredi alors alors que l'Etat a exclu toute négociation qui viserait à "abroger une loi de la République".

Cette intrusion à la fin d'une séance du Conseil régional, a été qualifiée par l'exécutif local d'acte d'une "violence inédite", et illustre une contestation qui dure depuis plusieurs semaines dans l'île.

Au lendemain de cette action, le gouvernement français a exclu vendredi toute négociation qui viserait à "abroger une loi de la République", en l'occurrence celle obligeant les personnels de santé et pompiers à être vaccinés pour travailler.

Ces manifestants -- un collectif d'organisations, notamment syndicales et citoyennes, majoritairement opposées à l'obligation vaccinale contre le Covid-19 pour le personnel soignant et les pompiers -- avaient fait intrusion jeudi dans l'hémicycle du Conseil régional de la Guadeloupe.

Le collectif, dont une partie a passé la nuit sur place, demandait que l'Etat se joigne à la table des négociations, interrompues depuis deux semaines, pour discuter des problématiques à l'origine de la crise sociale qui secoue la Guadeloupe depuis début novembre, avec en tout premier lieu l'obligation vaccinale.

Ils veulent notamment obtenir "l’arrêt de toutes les sanctions et suspensions de rémunérations prises contre des milliers de salariés du public et du privé" refusant de se faire vacciner, a indiqué le collectif de manifestants dans un communiqué.

Les manifestants ont décidé vendredi de quitter le Conseil régional, tout en promettant de nouvelles actions après Noël.

Lire aussi:Covid(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles