Publicité

Grossesse : ces aliments sont à éviter au restaurant

La grossesse s'accompagne de nombreuses restrictions voire interdictions alimentaires. Les conseils d'un diététicien-nutritionniste pour y faire face.

Photo d'illustration / Getty Images/iStockphoto
Photo d'illustration / Getty Images/iStockphoto

Neuf mois de bonheur ou neuf mois de calvaire ? Toutes les femmes ne vivement pas leur grossesse de la même manière, entre douleurs, rendez-vous médicaux et... restrictions alimentaires. Car pendant plusieurs mois, une femme enceinte ne peut pas manger ce qu'elle souhaite.

En effet, plusieurs aliments sont proscrits pour la santé du futur bébé. "L'alcool est la seule chose à bannir impérativement. Ensuite, tout dépend de si on est immunisé ou non contre la toxoplasmose. Si ce n'est pas le cas, il faut éviter poissons crus, viandes crues, blancs et jaunes d'oeufs crus, ainsi que le fromage au lait cru ou les fruits de mer crus", nous détaille Pascal Nourtier, diététicien-nutritionniste.

"Il faut éviter la mousse au chocolat ou l'omelette au restaurant"

Comme le rappelle le site de l'Assurance maladie, 80% des toxoplasmoses lors de la grossesse n'entraînent aucun symptôme chez la femme enceinte, mais plus la contamination par le parasite survient tôt lors de la grossesse, plus la toxoplasmose congénitale est grave pour le foetus. Parmi les conséquences, la choriorétinite, qui peut être responsable de déficit visuel qui se déclare quelquefois après la naissance de l’enfant, ou même durant l’adolescence ou à l’âge adulte, la mort in utéro, un accouchement prématuré, ou des séquelles neurologiques (anomalies de développement du cerveau, retard psychomoteur...) En 2018, 151 cas de toxoplasmose congénitale ont été observés en France.

"Par exemple il faut éviter la mousse au chocolat ou l'omelette au restaurant, car on peut avoir des doutes sur la bonne cuisson. Mieux vaut privilégier la cuisine maison, où vous êtes maître de la bonne cuisson des aliments, mais aussi de la préservation de la chaîne du froid, qui est un élément important. Si elle entraîne souvent une intoxication alimentaire chez la femme enceinte, il y a un risque de perdre le bébé", met en garde le spécialiste, qui recommande aussi d'utiliser de l'eau de javel diluée pour nettoyer plan de travail, frigo et poignées de portes durant la grossesse.

Des collations entre les repas pour limiter les frustrations

Selon les derniers chiffres disponibles, plus d'un tiers des femmes enceintes sont immunisées contre la toxoplasmose. Mais le pourcentage de femmes enceintes immunisées recule régulièrement en France : de 54% en 1995, il est passé à 44% en 2003 et 37% en 2010, détaille l'Assurance maladie.

Des restrictions alimentaires qui touchent donc une majorité de femmes enceintes, mais qu'il est possible de limiter. "On peut trouver des aliments de la même famille que ceux qui sont proscrits, mais sans risque, ce qui limite la frustration : remplacer les huîtres par un dos de cabillaud grillé, cuisiner soi-même des tartes aux fruits bien cuites...en faisant attention à bien cuire les aliments et à respecter la chaîne du froid. Pour limiter les frustrations, on peut aussi prendre des collations entre les repas, par exemple un yaourt, un fruit, un carré chocolat et des amandes. Cela permet de mieux absorber les nutriments qu'en trois repas classiques", poursuit le diététicien-nutritionniste Pascal Nourtier.

"Pour l'allaitement, évitez les aliments avec des goûts forts"

Si environ un tiers des femmes est immunisé contre la toxoplasmose, des conseils alimentaires s'imposent tout de même, prévient le spécialiste. Pour l'équilibre de la mère et du bébé, il faut un bon apport de protéines. Pour les non-végétariens : viandes poussons et oeufs bien cuits, même si vous êtes immunisés. Pour les végétariens, on privilégie des aliments riches en protéines végétales comme les fèves, les lentilles ou encore les pois chiches", détaille Pascal Nourtier.

Une fois l'accouchement arrivé, la plupart des restrictions alimentaires sont levées. Attention toutefois, prévient le nutritionniste, "les femmes allaitantes ont intérêt à éviter les aliments à goût fort comme le fenouil, car le lait prend le gout de ce que la mère mange. Il faut évidemment éviter aussi l'alcool juste avant l'allaitement, et faire attention aux intoxications alimentaires, car une mère affaiblie et malade, c'est un lait de moins bonne qualité et un bébé qui risque d'avoir faim. Dans l'idéal, il faut privilégier une alimentation riche en produit laitiers, en protéines, pour que le lait qui nourrit bébé soit riche en calcium et protéines", conclut le diététicien-nutritionniste Pascal Nourtier.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Enceinte ? Chaque fois que vous buvez un verre d’alcool, vous détruisez un neurone de votre enfant à naître"