La plus grosse bactérie du monde livre les secrets de son gigantisme

Jean-Marie Volland / Lawrence Berkeley National Labor

Visible à l'œil nu, cette immense bactérie en forme de fil blanc se trouve sur des végétaux en décomposition immergés dans la mangrove de Guadeloupe. Non seulement unique de par sa taille, elle a aussi étonné les chercheurs par une complexité cellulaire encore jamais observée chez d'autres bactéries.

En moyenne, les cellules bactériennes mesurent deux micromètres de long. Quelques-unes parmi les plus grosses atteignent les 750 micromètres. Celle découverte en Guadeloupe est colossale et se voit à l'œil nu : sa taille maximale peut atteindre deux centimètres. Et ça n’est pas sa seule particularité. Son immense génome et la compartimentation de son matériel génétique sont des caractéristiques complexes, qui n’ont jamais été observées chez d’autres bactéries.

Son identification fut un travail de longue haleine. Découverte en Guadeloupe il y a plus de dix ans, elle vient tout juste de livrer les secrets de son gigantisme grâce au travail d’une équipe composée de chercheurs du Laboratoire national Lawrence-Berkeley (Etats-Unis), du Laboratoire pour la recherche sur les systèmes complexes de Californie et de l’université des Antilles. Jean-Marie Volland et Olivier Gros, deux des auteurs de l’étude parue le 23 juin 2022 sur , racontent pour Sciences et Avenir le périple qui a permis d'identifier la nommée Candidatus Thiomargarita magnifica comme la plus grosse bactérie connue au monde.

Découverte dans la mangrove de Guadeloupe

Nous sommes en 2009. Alors qu'il nage entre les racines des palétuviers immergées sous l'eau de mer, Olivier Gros, microbiologiste à l'université des Antilles, tombe sur un organisme qu'il n'a jamais vu. Il s'apparente à un fil blanc, d'un centimètre environ, fixé sur une feuille de palétuvier rouge en décomposition. "Je l'ai collecté et ramené au laboratoire, par pure curiosité. Vu la taille, je pensais avoir affaire à un champignon ou une structure filamentaire eucaryote."

Mais en réalisant les premières analyses cellulaires au microscope, le chercheur ne trouve ni noyau, ni mitochondrie, ni aucun des éléments censés composer une cellule eucaryote. Les eucaryotes forment la majorité des cellules complexes du vivant, dont celles des humains, par opposition aux cellules procaryotes qui concernent les bactéries. "Je me suis dit qu'il s'agissait fo[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles