Publicité

Agriculteurs en colère : où sont les blocages ce jeudi 25 janvier à la mi-journée ?

Grogne des agriculteurs : où sont les blocages ce jeudi 25 janvier au matin ?
LIONEL BONAVENTURE / AFP Grogne des agriculteurs : où sont les blocages ce jeudi 25 janvier au matin ?

AGRICULTEURS - Le tour de France des blocages des agriculteurs se poursuit, après le dernier appel à poursuivre la mobilisation. Les actions se sont donc à nouveau multipliées dans tout le pays ce jeudi 25 janvier, et la tension est montée sur certains points de blocage très tôt dans la matinée. Le gouvernement reste sous la pression des agriculteurs en colère et est attendu de pied ferme après la demande d’aides « immédiates » de plusieurs centaines de millions d’euros, formulée par la FNSEA. Gabriel Attal doit répondre à ces demandes et formuler des « propositions concrètes » ce vendredi, a annoncé le ministère de l’Agriculture.

Colère des agriculteurs : Gabriel Attal prévoit des annonces pour tenter de lever les blocages

Des promesses d’annonces qui ne sont pas forcément de nature à calmer une journée déjà orageuse, alors que le mouvement, endeuillé par les décès accidentels d’une éleveuse et de sa fille mardi sur un barrage routier, a encore pris de l’ampleur. Certains agriculteurs menancent désormais de bloquer Paris, comme vous pouvez le voir dans notre reportage ci-contre tourné à Beauvais, mercredi 24 janvier :

En attendant, les actions se poursuivent ce jeudi dans toute la France, sur les autoroutes, les rocades et les ronds-points. Ceci dans un contexte où le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a donné mercredi soir des consignes de « grande modération » aux préfets, leur demandant de ne faire intervenir les forces de l’ordre qu’en « dernier recours ».

Voici la liste non exhaustive de ces points de friction.

Manifestations et destructions de marchandises

Près de Béziers (Hérault), des viticulteurs ont forcé jeudi matin les portails de deux entrepôts de la grande distribution, après avoir incendié des palettes dans la cour d’un grand négociant de vin. « Maintenant c’est du pain ou ça sera du plomb », proclamait une pancarte dans ce cortège de quelque 80 tracteurs ou remorques à Villeneuve-les-Béziers.

Cette manifestation n’était pas déclarée, contrairement à celle qui a débuté dans les rues de Rennes vers 11 heures, rassemblant une centaine de tracteurs et plusieurs centaines de personnes venus de toute la Bretagne à l’appel du syndicat Coordination rurale. Rejoints par quelques dizaines de marins-pêcheurs, eux aussi remontés contre les normes européennes et les charges financières croissantes, ils ont mis le cap vers la préfecture de région, avec klaxons tonitruants, fumigènes et effigies de pendus.

A la périphérie de Lille, des dizaines de tracteurs ont avancé sur l’autoroute A1, axe européen majeur vers Paris, avec en tête une pancarte « Assez Macron, l’agriculture est en péril ».

Dans le Gers, des agriculteurs ont déversé huit bennes chargées de terre, gravats, souches et branches d’arbres, étalés sur plusieurs dizaines de mètres sur l’A65 dans le sens Pau-Bordeaux.

Les actions d’agriculteurs se rapprochaient également de Paris, avec une opération escargot menée par des tracteurs sur la N12 dans les Yvelines. Dans l’Oise, environ 50 tracteurs n’excluaient pas non plus d’avancer vers la capitale.

Symptôme du rejet des paysans français vis-à-vis d’une concurrence étrangère qu’ils jugent souvent déloyale, des manifestants ont arrêté et vidé « des camions étrangers, la plupart espagnols, marocains ou bulgares » sur la N7 à hauteur de Montélimar. « Avec notre groupe, nous avons arrêté les camions étrangers dans la plus grande courtoisie. On a ouvert les camions et tout ce qui était étranger a été vidé et beaucoup a été aux Restos du Cœur », a expliqué une agricultrice au micro de BFMTV.

« Ce qui nous met en colère est qu’on ne doit pas importer l’alimentation qu’il y a chez nous. Nous produisons selon un cahier des charges exceptionnel (...) on ne vit plus de notre métier », a-t-elle dénoncé. Selon BFMTV, des tonnes de fruits espagnols ont ainsi été déversées dans la nuit. « 90% des marchandises qu’on voit passer sont étrangères », selon les commentaires de Sandrine Roussin, présidente du syndicat FDSEA de la Drôme.

Autoroutes coupées

En Occitanie, point de départ de la protestation agricole la semaine passée, l’A64 (Toulouse-Bayonne) était toujours coupée mercredi soir à hauteur de Carbonne, à 40 km de la ville rose, pour la huitième journée consécutive.

Bison Futé a indiqué des interdictions de circulation sur l’A7 dans le sens nord/sud sur un tronçon à partir d’Avignon Nord, ainsi qu’une interruption de circulation sur l’autoroute A51 en direction de Marseille entre La Saulce et Sisteron-Nord.

Plusieurs préfectures ont annoncé sur le réseau social X de nouveaux blocages et fermetures d’autoroutes ce jeudi. La préfecture de la Loire a déclaré avoir pris un arrêté interdisant la circulation sur un tronçon de l’A72 dès 4h en prévision d’un blocage.

Celle de la région Auvergne-Rhône-Alpes a prévenu que six autoroutes sont bloquées sur des portions et invite à différer les déplacements vers la région.

Dans le Gard, depuis 6h, l’autoroute A9 entre Nîmes-Est et Gallargues et l’autoroute A54 entre Nîmes-Ouest et Nîmes-Garons ont été fermées.

L’A51 est elle-aussi fermée dans les deux sens de circulation entre les péages de Meyrargues (Bouches-du-Rhône) et La Saulce (Hautes-Alpes).

En PACA, l’A54 est fermée depuis 8h30 sur la section Saint-Martin-de-Crau/Grans. Dans le Doubs, la préfecture a averti d’une opération escargot sur l’autoroute A36.

Dans le Haut-Rhin, la préfecture a signalé un blocage à prévoir entre Niederhergheim et Niederentzen. Dans les Hauts-de-France, de très fortes perturbations sont également annoncées sur l’autoroute A1 à hauteur de Seclin.

Dans le Puy-de-Dôme, le blocage de l’autoroute A71 au niveau du Brézet, à Clermont-Ferrand, entamé ce mercredi, se poursuit ce jeudi.

La circulation est également coupée sur l’A75 au niveau de Saint-Flour (Cantal), affirme la préfecture de région dans un communiqué.

Dans les Côtes-d’Armor, trois blocus sont toujours en place et concernent Caulnes, Trémorel et Plouisy.

Dans le Doubs, sur l’A36, à partir de 10h, une opération escargot est annoncée dans les deux sens de circulation entre Baume-les-Dames (sortie 5) et Vaux-les-Prés (sortie 3).

Dans l’Indre, l’autoroute A20 restera fermée entre les échangeurs 12 et 14. L’accès à l’échangeur 13 (route de Tours) sera bloqué.

La FDSEA et les Jeunes Agriculteurs de Moselle annoncent le blocage de trois axes autoroutiers à partir de 10h : à Fey sur l’autoroute A31, à Thionville sur l’Autoroute A31 et à Freyming sur l’A320.

À voir également sur Le HuffPost :

Blocages des agriculteurs : l’extrême droite capitalise sur la colère agricole partout en Europe

À Beauvais, ces agriculteurs en colère déterminés à avancer vers Paris avec leurs tracteurs