Publicité

Le Groenland perd 20 % de glace en plus de ce que l’on pensait, révèle une étude

La fonte des glaces dans cette région autonome appartenant au Danemark aurait été, entre 1985 et 2022, beaucoup plus importante que ce que l’on croyait, révèle une étude publiée sur le média scientifique “Nature”. Des chiffres qui inquiètent encore un peu plus la communauté scientifique.

“La calotte glaciaire du Groenland s’est retirée de 5 000 km2 en quarante ans”, titre La Repubblica. “Le Groenland est en train de perdre 30 millions de tonnes de glace par heure”, écrit en tête de son article The Guardian.

Les médias italien et britannique ont choisi de mettre en avant des chiffres différents, mais le constat de fond est le même. La fonte des glaces dans ce territoire appartenant au Danemark avance a un rythme très élevé, et, comme le révèle une étude du California Institute of Technology publiée par l’hebdomadaire scientifique Nature, ce processus serait en réalité bien plus rapide que ce qui était estimé jusqu’ici.

Résultat : “Le Groenland perd 20 % de glace en plus de ce que l’on pensait”, résume le Guardian, qui explique ensuite la nouvelle méthodologie qui a été appliquée pour obtenir cette statistique.

“Les techniques utilisées jusqu’à présent, telles que la mesure de la hauteur de la calotte glaciaire ou de son poids à l’aide de données gravimétriques, permettaient de déterminer les pertes qui aboutissent dans l’océan et font monter le niveau de la mer. Cependant, elles ne peuvent pas rendre compte du recul des glaciers qui se trouvent déjà en grande partie sous le niveau de la mer dans les fjords étroits qui entourent l’île.”

“De graves conséquences pour l’humanité”

Un “défaut” corrigé par l’étude en question où les scientifiques concernés “ont analysé des photos satellite pour déterminer la position des nombreux glaciers du Groenland chaque mois entre 1985 et 2022”, détaille le Guardian. Ainsi, par ces nouveaux calculs, l’équipe en charge de l’étude a pu déterminer que le Groenland serait en train de perdre 20 % de glace en plus que ce que l’on pensait précédemment. Avec quelles conséquences ?

Dans les colonnes du média britannique, plusieurs scientifiques s’expriment sur la question, et, résumant leur pensée, le journal progressiste affirme que la crainte est que “cette source supplémentaire d’eau douce se déversant dans l’Atlantique nord signifie qu’un effondrement de la circulation méridienne de retournement de l’Atlantique [les mouvements des courants océaniques en profondeur, qui jouent un rôle fondamental pour l’équilibre du climat] pourrait être sur le point de se déclencher. Voilà qui aurait de graves conséquences pour l’humanité.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

VIDÉO - Deux rébellions contre l'extinction : Les craintes liées au climat et à l'immigration influenceront les élections européennes, selon une étude