Publicité

Les grands patrons au Royaume-Uni jalousent les salaires de Wall Street

Une augmentation équivalente à 2 millions d’euros, c’est ce qu’a empoché l’an passé Pascal Soriot, le patron le mieux payé du FTSE, l’indice boursier composé des 100 plus grosses entreprises cotées au Royaume-Uni. Le dirigeant français du groupe pharmaceutique suédo-britannique AstraZeneca émarge à 17 millions de livres (20 millions d’euros), contre 15,3 millions en 2022.

Mais cette “généreuse rémunération” n’est qu’“une part infime des sommes perçues par ses homologues dans les plus grandes entreprises américaines”, constate The Guardian. Et les grandes entreprises du Royaume-Uni voudraient pouvoir augmenter leurs dirigeants “afin de concurrencer les salaires de Wall Street”.

Un tiers des salaires de Wall Street

Les PDG des sociétés du FTSE “gagnent un tiers de ce qu’empochent leurs homologues américains”, explique le quotidien britannique, Sundar Pichai, d’Alphabet (Google), étant le “patron le mieux payé de l’indice américain S & P 500, avec 226 millions de dollars en 2022” (208 millions d’euros). “Ce fossé alimente les craintes quant à la capacité de Londres à attirer et à retenir les talents internationaux.”

La City a vu ces dernières années un certain nombre de grands patrons “traverser l’Atlantique pour rejoindre la concurrence”. Le journal de gauche cite la multinationale de produits d’entretien et d’hygiène Reckitt Benckiser, qui a perdu en 2022 son patron, Laxman Narasimhan, pourtant “l’un des mieux payés du FTSE 100” (6 millions de livres, soit 7 millions d’euros, en 2021). Il “a quitté le navire pour diriger Starbucks”. L’entreprise de Seattle lui proposait 28 millions de dollars (25,8 millions d’euros).

David Schwimmer, le directeur du London Stock Exchange, l’opérateur de la Bourse de Londres, a pris publiquement parti pour un alignement sur les “règles de rémunération” américaines :

“Si Londres a pour ambition d’être une place financière internationale de premier plan et d’attirer des entreprises de dimension mondiale, elle doit attirer des talents de premier plan.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :