La Grande Mosquée de Paris renonce à porter plainte contre Michel Houellebecq

La Grande Mosquée de Paris renonce à porter plainte contre Michel Houellebecq (ici à Bourges le 20 avril 2022).
GUILLAUME SOUVANT / AFP La Grande Mosquée de Paris renonce à porter plainte contre Michel Houellebecq (ici à Bourges le 20 avril 2022).

JUSTICE - Retournement de situation. L’écrivain Michel Houellebecq et le recteur de la Grande mosquée de Paris (GMP) Chems-eddine Hafiz, qui entendait porter plainte contre le romancier pour des propos « violents » visant les musulmans, se sont vus ce jeudi 5 janvier et ont trouvé un terrain d’entente.

« Une rencontre a eu lieu et s’est bien passée », a déclaré à l’AFP le grand rabbin Haïm Korsia, confirmant une information du Figaro. « Tous deux ont manifesté une grande intelligence du cœur », a poursuivi Haïm Korsia, qui avait proposé une médiation entre les deux hommes pour qu’ils discutent de la polémique suscitée par les propos tenus par l’écrivain dans la revue Front Populaire du philosophe Michel Onfray en novembre.

« Les paragraphes concernés sont ambigus »

Après cette entrevue, la GMP a indiqué, dans un tweet que Chems-eddine Hafiz avait « décidé de suspendre le dépôt de sa plainte ». « M. Houellebecq a convenu qu’il avait pu choquer », a précisé une source proche du dossier à l’AFP.

La semaine dernière, Chems-eddine Hafiz avait dénoncé des propos « violents » et « extrêmement graves » de Michel Houellebecq à l’égard des musulmans, parus fin novembre dans la revue Front populaire. L’auteur du roman Soumission y présente les musulmans comme une menace pour la sécurité des Français non musulmans.

« Le souhait de la population française de souche, comme on dit, ce n’est pas que les musulmans s’assimilent, mais qu’ils cessent de les voler et de les agresser. Ou bien, autre solution, qu’ils s’en aillent », y affirme Michel Houellebecq. Il prédit également des futurs « Bataclan à l’envers » à l’égard des musulmans, en référence aux attentats jihadistes du 13 novembre 2015.

« Michel Houellebecq reconnaît que les paragraphes concernés sont ambigus », affirme jeudi la GMP, après la rencontre, comme vous pouvez le lire dans le tweet ci-dessous. Elle ajoute que l’écrivain les remplacera, « dans (une) édition à venir (de l’entretien avec Michel Onfray, ndlr), par des paragraphes explicitant mieux (son) propos, et qui, (il) l’espère, ne heurteront pas les musulmans. »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Déjà poursuivi pour incitation à la haine en 2001

Par ailleurs, dans un texte envoyé jeudi au Figaro, l’écrivain amende ses propos initiaux, écrivant notamment que ce que les Français « demandent, et même ce qu’ils exigent, c’est que les criminels étrangers soient expulsés, et en général que la justice soit plus sévère avec les petits délinquants ». Contacté par l’AFP, l’éditeur de Michel Houellebecq, Flammarion, s’est refusé à tout commentaire.

« Jeter comme ça l’anathème sur l’ensemble d’une composante de la population française, l’excluant totalement, c’est extrêmement grave », avait déclaré Chems-eddine Hafiz il y a une semaine sur BFMTV, dénonçant le fait d’opposer « Français de souche » et « musulmans ».

Michel Houellebecq avait déjà été poursuivi mais relaxé en première instance comme en appel, lors d’un procès pour incitation à la haine après avoir déclaré en 2001 : « La religion la plus con, c’est quand même l’islam ».

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi