Publicité

"Je suis un grand habitué": Macron à nouveau confronté au malaise d'une personne pendant un discours

Une séquence à laquelle Emmanuel Macron commence à s'habituer. Lors d'un échange avec la communauté française en Inde ce vendredi après-midi, le président a assisté au malaise d'une personne placée dans les premiers rangs pour l'écouter.

"Je crois que Madame ne se sent pas bien. Mieux vaut prévenir. Je suis un grand habitué, ne vous inquiétez pas", a lancé le chef de l'État, sous les rires de l'assistance.

3 malaises en une semaine

Avant de dégainer la carte de l'humour, tout sourire: "s'il y a d'autres volontaires, le mieux, c'est de le dire dès qu'on se sent pas bien parce que sinon, on tombe. Voilà, il n'y a pas de problème, ce sont des petits malaises vagaux."

En France, comme à 6.500 kilomètres de Paris, comme lors de ce déplacement du président en Inde pour la fête de la Constitution indienne, Emmanuel Macron est en effet en train de devenir un habitué de l'exercice.

Mardi, lors de la présentation de ses vœux aux acteurs du monde sportif, le président avait ainsi réclamé "une chaise" pour une personne qui avait fait un malaise. Même topo vendredi dernier lors d'une cérémonie devant les Armées à Cherbourg. Une jeune femme était alors tombée mal sur scène aux côtés du président.

Un stress intense en cause

En juin dernier, un garde républicain avait fait un malaise sur le perron de l'Élysée, tandis qu'Emmanuel Macron recevait le président de Madagascar. Le président avait continué d'échanger avec son homologue malgache tandis que le garde avait été pris en charge.

En janvier 2023, lors de la traditionnelle galette des rois à l'Élysée, une jeune fille en apprentissage avait également défailli dans l'assistance.

Temps d'attente trop long pour les visiteurs d'Emmanuel Macron, peu coutumier de la ponctualité? Chaleur? Émotions à l'idée d'approcher le président? Les motifs d'un malaise peuvent être nombreux. La cause principale d'un malaise vagal est celle d'un stress intense.

Article original publié sur BFMTV.com