Le Grand Bain (TF1) Gilles Lellouche : "J’ai demandé à mes comédiens de venir avec leurs bourrelets"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le Grand Bain fait du bien, car il fait l’éloge de la solidarité et de la bienveillance, en toute sincérité…

Gilles Lellouche : Merci. J’ai le sentiment que nous sommes dans une société qui, au lieu de se serrer les coudes, s’est plutôt explosée dans un individualisme terrible. Moi qui suis intimement convaincu de l’importance du collectif, j’ai eu envie de défendre cette belle idée.

Comment vous est venue l’idée d’une équipe de natation synchronisée, composée de quadras dépressifs ?

Je voulais parler du sport amateur. Je me suis toujours demandé ce qui pouvait bien motiver un type, même s’il est dingue de foot ou de rugby, à sortir le soir, dans le froid, pour jouer sur des terrains souvent pourris ! Il y a forcément autre chose que le sport, comme la rencontre, le partage. Quant à la natation synchronisée, au-delà d’être un thème peu exploité, elle avait plusieurs avantages. C’est une discipline marginale, pas virile, dont on peut éventuellement se moquer, ce qui soudait encore plus mes personnages. Les faire coacher par des femmes, c’était les déviriliser un peu plus… mais pour les rendre encore plus sensibles. Et il y a une dimension "plus plus" dans la piscine, presque comme dans une comédie musicale, hors de la vie.

À lire également

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles