Dans le Grand-Est, les allergies aux pollens déjà de retour

Les noisetiers, qui peuvent fleurir autour des cinq degrés, sont principalement responsables de la prolifération des pollens cet hiver, selon le RNSA.

Six départements de l’Est du pays ont été placés en alerte rouge par le Réseau national de surveillance aérobiologique. À cause d’un coupable tout désigné : la douceur de l’hiver.

ALLERGIES - Elles n’apparaissent d’ordinaire qu’au printemps. Mais cette année, à la faveur de températures exceptionnellement douces pour un hiver, les allergies sont déjà de retour. Le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) a en effet placé jeudi 12 janvier la majeure partie de la région Grand-Est en alerte rouge pollen et le reste du territoire au niveau « moyen ».

Au total, six des dix départements de la région font l’objet de l’alerte maximale. Il s’agit de la Meuse, des Vosges, de la Moselle, du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Meurthe-et-Moselle.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Selon le RNSA, cette situation exceptionnelle est principalement due à la douceur qui règne sur l’Hexagone depuis déjà plusieurs semaines et qui favorise la floraison rapide des noisetiers. Ces arbres n’ont « besoin que de 5 °C pour fleurir et libérer (leur) pollens allergisants », précise l’organisme.

Une météo plus favorable dès les prochains jours

Dans une moindre mesure, les aulnes sont également responsables de la prolifération des pollens, mais ils ne présentent qu’un risque « faible », d’après le RNSA. S’ils commencent aussi « leur floraison » plus tôt qu’à l’accoutumée, ils sont bien moins « abondants » que les noisetiers sur le territoire.

« Attention en revanche au vent qui favorisera la dispersion des pollens dans l’air surtout en cette fin de semaine et aggravera les symptômes comme les conjonctivites notamment », prévient l’association.

Si vous êtes particulièrement sensibles aux allergies aux pollens, vous pouvez toutefois vous rassurer : « Les concentrations de pollens dans l’air seront en baisse sous les averses de pluie/neige qui seront plus nombreuses à partir de dimanche 15 janvier avec un temps plus froid et perturbé annoncé pour la semaine prochaine. »

Si malgré tout vous êtes obligés de sortir les mouchoirs, l’Institut Pasteur de Lille conseille de se « rincer régulièrement le nez avec du sérum physiologique ou avec un spray nasal d’eau de mer additionné de manganèse » pour limiter les symptômes. La prise d’antihistaminiques est aussi une solution efficace.

Lire sur le HuffPost

Lire aussi

Les huit dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées à l’échelle mondiale

L’océan enregistre encore un réchauffement record en 2022

VIDÉO - Allergie aux pollens : les bons réflexes à adopter !