Grève du 26 janvier : dockers, raffineurs et électriciens mobilisés contre la réforme des retraites

Protesters take part in a torch-lit march called by the CGT workers' union to protest the French government's pensions reform plan, on the Canebiere in Marseille, southeastern France, on January 17, 2023. - France is to face strikes across different sectors on January 19, 2023, as workers join a nationwide strike against a widely unpopular pension reform plan. The suggested changes, still to be debated in parliament, would raise the retirement age from 62 to 64 and increase contributions required for a full pension. (Photo by Nicolas TUCAT / AFP)
NICOLAS TUCAT / AFP Protesters take part in a torch-lit march called by the CGT workers' union to protest the French government's pensions reform plan, on the Canebiere in Marseille, southeastern France, on January 17, 2023. - France is to face strikes across different sectors on January 19, 2023, as workers join a nationwide strike against a widely unpopular pension reform plan. The suggested changes, still to be debated in parliament, would raise the retirement age from 62 to 64 and increase contributions required for a full pension. (Photo by Nicolas TUCAT / AFP)

Pour faire reculer le gouvernement sur sa réforme des retraites, certains secteurs se mobilisent ce jeudi avant la grève générale du 31 janvier.

MOUVEMENTS SOCIAUX - « Aller chercher encore plus de grévistes. » Avant la journée nationale du 31 janvier contre la réforme des retraites, la CGT appelle à reprendre la grève dès ce jeudi 26 et vendredi 27 janvier dans les raffineries, les centrales électriques mais également les ports et les docks.

La réforme d’Emmanuel Macron, à laquelle s’opposent tous les syndicats et qui arrivera au Parlement lundi, conduirait à la suppression des régimes spéciaux chez EDF ou Engie (ex-GDF Suez). Leurs salariés seraient par exemple eux aussi contraints, à terme, d’attendre 64 ans pour toucher leur retraite.

Le 31 janvier, à l’appel de tous les syndicats, la grève touchera tous les secteurs : écoles, fonctionnaires, transports, services... Mais dans l’énergie, la CGT veut montrer ses muscles, et organise des grèves supplémentaires.

Pas de coupure de courant généralisée

Chez les électriciens et gaziers, des baisses de production dans les centrales nucléaires et les barrages sont à prévoir dès jeudi, prévient Fabrice Coudour, secrétaire fédérale de la FNME-CGT, mais elles ne devraient pas provoquer de coupures de courant pour le grand public, tant elles sont encadrées par le gestionnaire des lignes à haute et très haute tension RTE.

La CGT souhaite « aller chercher encore plus de grévistes pour le 31 et montrer qu’on maîtrise l’outil de travail », explique Fabrice Coudour.

Au menu de ces deux jours de mobilisation, également des actions « positives », à la Robin des bois : gratuité, réductions de tarifs, passage en heures réduites et rétablissements du courant pour les ménages coupés sont à prévoir, afin de contrebalancer les reproches adressés après l’annonce de « coupures ciblées », notamment contre des élus favorables à la réforme.

Pourtant dès mercredi, des coupures ont eu lieu sur des parcs éoliens et solaires dans le secteur de Montluçon, revendiquées par la CGT. Comme à chaque fois, Enedis va porter plainte.

« Nous n’acceptons aucune menace »

« Nous ne souhaitons (pas de) blocages qui seraient pénalisants pour l’ensemble des Français et nous n’acceptons aucune menace », a d’ailleurs déclaré mercredi le ministre du Travail Olivier Dussopt devant le Sénat, en parlant de « délit » plus que d’« action politique ou militante ».

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

La CGT pétrole souhaite néanmoins « un mouvement un petit peu plus dur », a indiqué Thierry Defresne, secrétaire CGT du comité TotalEnergies Europe. « Moi je n’aime pas le terme bloquer, mais nous pensons qu’il faut une généralisation de la grève pour toucher l’économie », a-t-il ajouté, voyant là la seule manière de faire « reculer le gouvernement », contrairement à des mouvements de 24 heures espacés dans le temps.

Dans les raffineries, l’arrêt des installations n’est pas à l’ordre du jour, mais, comme lors de la grève du 19 janvier, les expéditions de carburants seront bloquées vers les dépôts, avec le mot d’ordre habituel : « rien ne rentre, rien ne sort ».

Des actions pré-grève du 31 janvier

Les pétroliers prévoient également des actions locales avec les salariés des infrastructures portuaires, avec lesquels des manifestations communes pourraient être organisées.

La fédération CGT des Ports et Docks a en effet appelé à une grève de 24 heures jeudi, lors de laquelle elle « appelle les ouvriers dockers et les travailleurs des ports à amplifier les modalités d’action ».

Pour la suite, la CGT Pétrole évoque une nouvelle journée d’action qui collerait au 31 janvier, la veille ou le lendemain.

« Cette dynamique dont on a besoin et que pour le moment l’intersyndicale ne propose pas, on est en train de la créer », estime Thierry Defresne, qui espère que les salariés suivront cette impulsion.

VIDÉO- Grève en vue dans les stations de ski pour les vacances de février ?

undefined