La Grèce se prépare pour une saison touristique décisive

par Karolina Tagaris
·3 min de lecture
LA GRÈCE SE PRÉPARE POUR UNE SAISON TOURISTIQUE DÉCISIVE

par Karolina Tagaris

RHODES (Reuters) - La Grèce a commencé lundi à se rouvrir timidement aux touristes et espère que la saison sera fructueuse afin de rattraper en partie l'année 2020 qui a vu la pandémie de coronavirus dévaster ce secteur crucial pour son économie.

La réouverture formelle du pays est prévue le 14 mai mais dès ce lundi, les touristes arrivant de l'Union européenne, des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, de Serbie ou des Emirats arabes unis sont dispensés de quarantaine s'ils sont vaccinés ou présentent un test négatif au coronavirus SARS-CoV-2.

La Grèce, à peine sortie d'une décennie de marasme économique, est retombée en récession l'an dernier sous l'effet de la crise sanitaire, particulièrement douloureuse pour un pays dont un cinquième du produit intérieur brut ((PIB) est généré par le tourisme, qui concentre un emploi sur cinq.

L'île de Rhodes, qui attire principalement des visiteurs étrangers au cours d'une saison touristique courant de mars à octobre, a des airs de zone fantôme en cette mi-avril, sans les foules de touristes britanniques qui affluent habituellement à cette période de l'année.

Le long de la côte et des plages dépeuplées se succèdent hôtels de luxe désertés, boutiques et bars de front de mer abandonnés, où les gérants s'affairent à récurer, lustrer et repeindre les installations pour préparer une saison décisive.

"Nous préparons l'hôtel pour être en mesure de commencer dès que le gouvernement nous donnera le feu vert", explique George Tselios, directeur général du Sun Beach Hotel, qui accueille des clients scandinaves, allemands, autrichiens et britanniques.

Nombre des structures touristiques locales sont fermées depuis 2020, une année marquée par un creux de la fréquentation touristique sans précédent pendant la décennie de crise économique. L'an dernier, la Grèce a accueilli seulement 7,4 millions de touristes, à comparer au record de 31,3 millions de visiteurs enregistré en 2019.

"DERNIÈRE MINUTE"

Des hôtels aux restaurants en passant par les agences d'excursions en bateau, de nombreuses entreprises qui survivent grâce aux aides de l'Etat ne peuvent pas se permettre une autre saison blanche.

"La plupart d'entre elles estiment que le pays ne pourra pas survivre à une nouvelle crise", observe Konstantinos Taraslias, maire-adjoint de Rhodes en charge du tourisme.

Près de 600.000 touristes ont visité Rhodes l'an dernier, contre 2,3 millions en 2019. A peine plus de la moitié des hôtels ont ouvert l'an dernier, selon l'association professionnelle de l'hôtellerie.

Avec la généralisation des tests, les hôtels dédiés aux quarantaines et une campagne de vaccination spécifique pour les insulaires et les travailleurs saisonniers, la Grèce juge être mieux positionnée cette année.

"Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir pour avoir une meilleure saison", explique George Hatzimarkos, gouverneur de la région des îles du sud de la mer Egée, qui inclut, outre Rhodes, les îles de Mykonos et Santorin.

"Nous serons totalement prêts" d'ici mi-mai, note-t-il.

Pour autant les réservations restent rares, et la plupart ont été enregistrées sur la période août-octobre, observe le président des hôteliers de Rhodes Manolis Markopoulos, qui table sur une saison marquée par des réservations de dernière minute.

Si la Grèce a mieux résisté que le reste de l'Europe lors de la première vague de la pandémie de COVID-19, la progression continue des cas de contaminations l'a par la suite contrainte d'imposer plusieurs phases de confinement afin de préserver son système hospitalier débordé.

Les restaurants et bars sont fermés depuis novembre et un couvre-feu - que les touristes devront aussi respecter - est également en vigueur dans le pays.

(Version française Myriam Rivet, édité par Jean-Stéphane Brosse)